Urgence écologique et urgence climatique : EDF confie une nouvelle mission d’étude stratégique à Nomadéis…

Objectif : mieux comprendre la signification de cette notion complexe (composantes sociales, culturelles, historiques, sécuritaires, économiques, etc.) ainsi que les modalités de son appropriation par les différentes parties prenantes…


Contexte

Le 1er mai 2019, le Parlement britannique proclamait « l’urgence écologique et climatique », faisant du Royaume-Uni le premier pays à déclarer une urgence pour le climat et l’environnement.  Ce vote du Parlement s’inscrit après une série d’actions de blocages menées par le mouvement Extinction Rebellion (XR), dont la première revendication est de reconnaître la gravité et l’urgence des crises écologiques actuelles.

Depuis, l’état d’urgence climatique a été déclaré par plus de 1 490 gouvernements locaux dans 29 pays, traduisant une appropriation croissante de la part des opinions publiques.

La notion d’urgence climatique apparaît ainsi dans un contexte où le changement climatique, et son impact irréversible sur l’environnement et les sociétés humaines, sont les conséquences d’une réponse globale insuffisante, depuis près de 70 ans.

Le choix de l’utilisation du terme « urgence » n’est pas neutre et traduit le passage d’un phénomène scientifique, caractérisé par l’expression « changement climatique », à un phénomène social et politique fort, voire un véritable mouvement social et politique. Cette notion fait ainsi référence à la charge émotionnelle collective, désormais indissociable de l’enjeu que représente le dérèglement climatique.   

La visibilité croissante de l’urgence climatique témoigne de son ancrage dans les pensées humaines. Pourtant, si elle est de plus en plus souvent perceptible et mentionnée dans de nombreuses tribunes, elle demeure toutefois encore assez peu conceptualisée.

Il apparaît alors pertinent de revenir sur les enjeux liés à la perception d’une urgence climatique dans les sociétés, et au-delà du champ politique. Parce qu’elle se construit comme un problème public, l’urgence climatique appelle à une action des autorités légitimes, et rappelle aux décideurs publics et privés la nécessité de mettre en place des actions et solutions concrètes.

L’étude menée par Nomadéis a ainsi vocation à explorer le concept d’urgence climatique sous toutes ses formes, à travers des angles d’analyse spécifiques, afin de mieux l’appréhender dans sa globalité : 

  • Que signifie l’urgence climatique au-delà du champ politique ? 
  • Quelles visions sociale, culturelle, sécuritaire ou encore économique attribuer à l’urgence climatique ? 
  • Quelles seraient les conséquences potentielles d’une absence de réponse à ce sentiment ? 
  • Quelles parties prenantes, au sein de la société civile, de la communauté scientifique et académique, de la sphère publique ou encore du secteur privé ont déjà commencé à investiguer cette notion pour déterminer des éléments de réponse crédibles ?

 

Intervention de Nomadéis

Afin de répondre à ces questionnements, Nomadéis a réalisé une étude exploratoire en plusieurs étapes : 

  • Réalisation d’un état des connaissances autour de la notion d’urgence climatique (champs étudiés : sémantique, histoire, sociologie, santé, etc.) ;
  • Elaboration d’une cartographie des jeux d’acteurs, des perceptions et des principaux positionnements autour de la notion d’urgence climatique (et conception d’une typologie) ; 
  • Analyse des enjeux, des points de vigilance (risques, menaces), mais aussi des opportunités en lien avec la prise de conscience collective croissante de la notion d’urgence climatique.

Les travaux conduits par Nomadéis ambitionnent notamment de mettre en exergue le caractère multidimensionnel de la notion d’urgence climatique au XXIème siècle, mais aussi l’importance de la temporalité liée à cette notion.

Il s’agit également d’explorer le rapport qu’entretient cette notion avec des phénomènes socio-politiques complexes, ses impacts sur l’action publique (politiques publiques), mais aussi sur les individus (effets psycho-sociaux et effets sur la santé mentale).

Enfin, l’urgence climatique est analysée à travers les perceptions des différents acteurs de la société, avec l’observation des écarts ressentis entre ambitions de la société civile et actions entreprises par les décideurs publics et privés.

 

Pour en savoir plus

 

Références connexes