Matières premières et déchets : un groupe industriel français confie une mission d’étude à Nomadéis…

Et si les déchets industriels et ménagers constituaient la plus grande « mine » de matières premières du XXIème siècle ? Et s’il était possible de faire gagner l’environnement tout en favorisant la croissance ? C’est l’ambition de l’économie circulaire : « boucler les cycles » de la matière, de l’eau, de l’énergie pour permettre à l’économie de progresser tout en réduisant les prélèvements dans les milieux naturels.

Pendant 6 mois, Nomadéis va accompagner un groupe industriel français leader sur les marchés de la construction durable pour l’aider à renforcer sa stratégie de gestion des matières premières et des déchets. Avec pour ambition claire de donner une place croissante à l’économie circulaire.


Contexte

Dans un contexte de raréfaction des ressources naturelles et de multiplication des pressions exercées par l’activité économique sur l’environnement, l’économie circulaire constitue un tournant majeur pour les industriels, mais aussi pour les pouvoirs publics et les consommateurs.

Au-delà du recyclage et de la réutilisation des déchets, l’économie circulaire invite à réinterroger des modèles économiques établis de longue date, mais désormais en passe d’atteindre leurs limites, tant d’un point de vue environnemental que d’un point de vue social.

Avec à la clé une transformation en profondeur des chaînes de valeur, par l’exploration et la valorisation de nouvelles synergies et de nouveaux partenariats entre acteurs économiques.

Les enjeux sont nombreux pour les groupes industriels : anticipation des évolutions réglementaires, recherche de nouvelles opportunités de marché, développement responsable, mais aussi sécurisation des  approvisionnements sur certaines matières premières sensibles.

Le sujet de l’économie circulaire est d’autant plus complexe à traiter que les activités sont diversifiées (large spectre de matières premières utilisées et de déchets produits, juxtaposition de différentes filières de traitement et de valorisation, internes ou externes, etc.).

Si différentes expériences pilotes permettent déjà d’obtenir des résultats concrets, les nouvelles filières de l’économie circulaire restent largement à bâtir, imposant de nouvelles approches techniques, mais aussi socioéconomiques et organisationnelles.


Mission

Dans ce contexte, la mission de Nomadéis aura pour objectif de poser les fondements d’une Politique Groupe en matière d’économie circulaire, définir des repères communs, structurer un cadre et fixer un cap au service d’une dynamique collective permettant à la fois d’anticiper les risques et de saisir les opportunités.

La mission de Nomadéis comprendra notamment les étapes suivantes :

  • Réalisation, en France et à l’international, d’une étude comparative de stratégies et bonnes pratiques mises en œuvre par des entreprises pionnières en matière d’économie circulaire (repérage des initiatives les plus intéressantes, analyse des résultats obtenus et des retours d’expériences, etc.) ;
  • Consultations internes auprès de toutes les fonctions concernées par le sujet de l’économie circulaire (équipes des Directions achats, R&D, RSE, stratégie, marketing, relations institutionnelles, etc.), et externes auprès de parties prenantes externes, pour préciser les attentes des différents acteurs, les leviers à actionner et les obstacles à lever ;
  • Réalisation d’un diagnostic interne : repérage et analyse critique des actions déjà menées en lien avec l’économie circulaire ; cartographie des matières premières utilisées et compilation des informations existantes concernant les déchets (production, valorisation) ;
  • Approfondissement du diagnostic à l’échelle d’un périmètre stratégique prioritaire (activités, sites sensibles) : cartographie des principaux flux de matières, recensement des besoins et attentes prioritaires, formulations de recommandations ;
  • Formulation de recommandations stratégiques et opérationnelles. 

Pour en savoir plus : 

Le site de l’Institut de l’économie circulaire