Smart Cities et Partenariats Publics Privés (PPP) : Nomadéis participe au premier atelier de la plateforme Uraía à Oslo…

Créée en 2014 par la Fonds Mondial pour le Développement des Villes (FMDV) et ONU-Habitat (programme des Nations Unies pour les établissements humains), Uraía est une plateforme d’échange et de renforcement des capacités dédiée à l’utilisation des nouvelles technologies dans la gestion publique.

Uraía rassemble aujourd’hui plus de 50 institutions partenaires, dont 33 collectivités locales.

 

Nomadéis a été convié par le FMDV les 29 et 30 juin 2015 à Oslo en Norvège, pour participer en tant qu’expert au premier atelier organisé par Uraía en partenariat avec :

Thème de ce premier atelier de renforcement des capacités : « La négociation de Partenariats Publics Privés (PPP) pour une gestion intelligente des villes ».

Nomadéis a notamment animé un groupe de travail portant sur la préparation et la négociation des contrats de PPP, puis est intervenu en session plénière dans le cadre d’un panel d’experts aux côtés de :

  • L’OCDE (Setsuko Saya, responsable de la Division des politiques régionales pour le développement durable, experte en gouvernance publique et développement territorial) ;
  • La Ville de Johannesburg (Geoffrey Makhubo, maire adjoint en charge des finances) ;
  • L’Ecole Polytechnique de Turin (Edoardo Calia, directeur adjoint et responsable des programmes stratégiques de l’Institut Supérieur Mario Boella). 

Les débats ont porté sur les modes de partenariats les plus adaptés au développement de la ville intelligente (modèles économiques, schémas organisationnels, gouvernance, etc.), et plus généralement sur l’impact des technologies intelligentes dans la gestion publique (avec des exemples concrets tirés de l’expérience de la ville d’Oslo notamment dans le domaine de la mobilité).

L’atelier a permis des échanges concrets entre élus et avec les entreprises représentées (infrastructures, services technologiques urbains, etc.), ouvrant la voie à de possibles projets de coopération au sein de la plateforme Uraía.

L’atelier a également permis d’étudier plusieurs exemples de Partenariats Publics Privés négociés avec succès en lien avec le développement des villes intelligentes, et de capitaliser sur leurs principaux enseignements.

A l’issue de ces rencontres, un ensemble de recommandations et de lignes directrices ont été produites, afin d’orienter les collectivités locales dans leurs stratégies de développement d’outils et dispositifs intelligents, notamment en partenariat avec des acteurs économiques privés :

Télécharger la publication en Français (Partenariats Public-Privés pour une gestion SMART des villes)

Télécharger la publication en Anglais (Public Private Partnerships for SMART City Management)

Pour en savoir plus :

Partout dans le monde, de plus en plus de villes multiplient le recours à de nouveaux types d’outils et dispositifs « intelligents », dans des domaines aussi variés que les transports et la mobilité, l’eau et l’assainissement, la gestion des déchets, la fiscalité locale, l’information aux citoyens-usagers, etc. Avec un double objectif :

  • Mieux faire face aux nombreux défis environnementaux et socioéconomiques liés à la gestion de leurs territoires (adaptation au changement climatique, réduction des inégalités, gestion optimisée des ressources de toutes natures, etc.) ;
  • Renforcer leur attractivité et leur compétitivité (qualité de vie, offre de services performants et innovants, etc.) pour attirer des compétences et des activités créatrices d’emplois et de richesses.

Le plus souvent, les outils et dispositifs « smart » sont développés et/ou déployés par les villes en partenariat avec des acteurs économiques privés (startups, grands groupes internationaux). Selon les cas, ces partenariats peuvent prendre diverses formes, allant des accords de R&D aux partenariats publics privés (PPP) dans leurs différentes déclinaisons possibles.

Or les procédures et cadres législatifs existants en matière de commande publique et de PPP (variables selon les pays et les régions) peuvent parfois s’avérer difficiles à mettre en œuvre, voire mal adaptés aux contraintes spécifiques liées au développement de la ville intelligente (articulation entre innovation et activités commerciales notamment).

Par ailleurs, les citoyens (et plus généralement de nombreux acteurs de la société civile) exigent de plus en plus de transparence et de responsabilisation dans les phases d’élaboration, de négociation et de gestion/exécution des partenariats.

En plus d’accompagner et d’encadrer l’émergence des nouveaux marchés liés à la smart city (pour assurer le respect de l’intérêt général tout en encourageant l’innovation), il apparaît nécessaire d’imaginer et de tester de nouveaux schémas de partenariats.

La plateforme Uraía  a précisément pour but d’aider les gouvernements locaux à s’adapter aux nouvelles opportunités offertes par les technologies intelligentes (« smart ») en matière d’innovation dans la gestion publique, notamment en facilitant leur coopération avec les acteurs économiques privés actifs sur leurs territoires (fournisseurs de technologies, services, etc.).