Nomadeis http://www.nomadeis.com Conseil en développement durable Wed, 27 Jun 2018 17:20:55 +0000 fr hourly 1 http://wordpress.org/?v=3.0.4 Sécurité environnementale : le ministère des Armées sollicite Nomadéis pour développer des partenariats innovants autour de l’initiative « Patrimoine maritime »… http://www.nomadeis.com/2018/06/initiative-patrimoine-maritime/ http://www.nomadeis.com/2018/06/initiative-patrimoine-maritime/#comments Tue, 26 Jun 2018 13:26:05 +0000 nomadeis http://www.nomadeis.com/?p=4909 Continuer la lecture ]]>

Sardines school in blue sea. Massive fish school undersea photo. Fishing nets background plage polluée de déchets plastiques flottants

La Direction générale des relations internationales et de la stratégie (DGRIS) du ministère des Armées souhaite mettre en œuvre une politique durable d’anticipation sécuritaire environnementale en lançant l’initiative « Patrimoine maritime » dans le bassin maritime d’Asie du Sud-Est…


Contexte

Les liens de causalité entre changements climatiques et conflits suscitent une attention croissante dans les milieux politiques et de défense. Au-delà d’une surveillance accrue du risque d’augmentation des conflits, plusieurs considérations opérationnelles amènent à s’interroger sur le lien entre changement climatique et insécurité.

De fait, plusieurs évènements et annonces politiques de haut niveau se succèdent depuis plusieurs années. En 2015, quelques semaines avant la tenue de la COP21 à Paris, les ministres et hauts représentants de la défense de 33 États et de l’ONU avaient échangé, à Paris, leurs analyses sur les conséquences sécuritaires et de défense du changement climatique à l’occasion de la première conférence internationale de niveau ministériel sur ce thème. La ministre des Armées, dans son discours prononcé à la conférence de Munich sur la sécurité, en février 2018, a annoncé l’investissement de la France dans l’anticipation sécuritaire environnementale. Elle a insisté sur la nécessité de ne pas se contenter de « préparer les guerres de demain » et de penser « à celles d’après-demain ».

De son côté, le ministre de la Transition écologique et solidaire a encouragé, lors du Dialogue de Petersberg, à Berlin, en mai 2017, une approche transversale pour traiter les questions environnementales. Ses priorités portent notamment sur la restauration d’écosystèmes dégradés essentiels à l’alimentation humaine et sur la protection de la biodiversité des espaces maritimes ultramarins, priorités qui correspondent aux défis de sécurité environnementale identifiés par la DGRIS.

Enfin, la prise en compte des enjeux s’est aussi faite à un niveau présidentiel puisque le Président de la République Emmanuel Macron, lors de son déplacement officiel en Australie en mai 2018, a présenté le concept d’axe Indo-Pacifique, qui met en avant la priorité à accorder à la protection des océans.

L’Asie du Sud-Est constitue un centre de gravité écologique et sécuritaire d’importance stratégique pour la France : augmentation en fréquence et en intensité de phénomènes climatiques extrêmes, diminution des ressources halieutiques, stress hydrique, déplacements de populations, sont autant de facteurs qui tendent à altérer la résilience des États, à alimenter l’économie informelle (apparition de nouveaux trafics illicites) et à induire des risques sanitaires à grande échelle. 

 

Dynamique interministérielle

Dans la zone Indopacifique, la préservation des écosystèmes marins constitue un enjeu stratégique de par sa nature systémique et transfrontalière. Cet enjeu a conduit le MINARM à initier une dynamique interministérielle, multilatérale et inclusive d’anticipation sécuritaire environnementale, à travers le lancement de l’Initiative Patrimoine maritime.

Cette initiative entend reposer sur la constitution de réseaux innovants, réunissant des experts en matière de sécurité (traditionnelle et sécurité humaine), des acteurs scientifiques, des décideurs et des acteurs économiques, dans une logique de partenariat interdisciplinaire et de renforcement de l’intelligence collective.  

 

Mission confiée à Nomadéis

La mission d’accompagnement stratégique confiée à Nomadéis par la DGRIS et ses partenaires consiste notamment à :

  • Co-construire le cadre de gouvernance de l’initiative Patrimoine maritime ;     
  • Accompagne le montage de partenariats stratégiques innovants ;
  • Cartographier et analyser les acteurs et initiatives phares en Asie du Sud-Est, en lien avec la gestion durable des écosystèmes marins ;
  • Identifier des actions de coopération internationale majeures susceptibles d’être soutenues et amplifiées ;
  • Concevoir un cadre méthodologique pour l’identification des vulnérabilités écologiques critiques du bassin maritime d’Asie du Sud Est.

 

Ressources complémentaires

 

Pour en savoir plus… Le concept de sécurité environnementale 

Depuis les années 1970, le concept de sécurité environnementale fait l’objet d’une réflexion relativement dense. Peu présent dans la littérature francophone, le concept a surtout émergé dans les débats nord-américains. 

La sécurité environnementale combine les concepts de sécurité et d’environnement Elle se réfère à la fois :

  • Aux problèmes de sécurité provoqués par les sociétés humaines à l’environnement (extraction des ressources, perte de biodiversité) ;
  • Aux problèmes de sécurité provoqués par l’environnement aux sociétés (inondations, ouragans, sécheresses etc.).

Un des grands thèmes du débat sur la sécurité environnementale concerne le lien entre dégradation de l’environnement, raréfaction des ressources et augmentation des conflits. Cette hypothèse a notamment été illustrée dans les travaux de Thomas Homer-Dixon (1994, « Environmental scarcities and violent conflict: evidence from cases »). Ce dernier montre par exemple que le manque de terre ou d’eau provoqueraient des conflits internes, ou par pressions migratrices par exemple, des conflits avec d’autres États.

En France, le spécialiste des questions de géopolitique de l’environnement François Gemenne a contribué à faire comprendre l’articulation entre changement climatique et les enjeux de sécurité. Membre de l’Observatoire géopolitique des enjeux des changements climatiques en termes de sécurité et de défense coordonné par l’IRIS dans le cadre d’un contrat avec la DGRIS ses recherches sont notamment consacrées aux migrations et aux déplacements de populations liés aux changements de l’environnement, notamment aux catastrophes naturelles, ainsi qu’aux politiques d’adaptation au changement climatique.

Pascal Canfin, directeur général du WWF France, rappelle que la lutte contre le changement climatiques est un investissement essentiel pour la paix. Le WWF a d’ailleurs publié à l’occasion de la COP23 un rapport intitulé « Soutenabilité-stabilité-sécurité ».

Au plan institutionnel, la sénatrice Leila Aïchi s’applique à y mettre en avant le rôle de l’environnement dans les relations diplomatiques, comme origine de certains conflits mais également comme solution. C’est dans ce cadre qu’elle a impulsé la rédaction en 2014 d’un Livre Vert de la Défense

]]>
http://www.nomadeis.com/2018/06/initiative-patrimoine-maritime/feed/ 0
Filière forêt-bois : France Bois Forêt confie à Nomadéis une mission d’évaluation croisée des retours d’expérience de plusieurs programmes d’action… http://www.nomadeis.com/2018/05/france-bois-foret-evaluation/ http://www.nomadeis.com/2018/05/france-bois-foret-evaluation/#comments Sun, 20 May 2018 14:32:54 +0000 nomadeis http://www.nomadeis.com/?p=4936 Continuer la lecture ]]> bois tronc coupe débardage bille sapin gestion forestière for ビジネスイメージ Unberührter naturnaher Fichtenwald im warmen Licht der Morgensonne

Nomadéis accompagne France Bois Forêt, l’interprofession nationale de la filière forêt-bois, pour un exercice de retour d’expérience et d’évaluation autour de 4 programmes d’action soutenus et co-financés pare l’interprofession. Objectif : orienter au mieux les futures actions de mobilisation et soutien à l’amont de la filière…

 

Contexte

Avec 16,9 millions d’hectares en métropole et 425 000 emplois, la forêt est un enjeu économique, environnemental et patrimonial majeur pour la France, en particulier au regard des mutations et défis en cours (changement climatique, raréfaction des ressources, qualité de vie, etc.).

Dans le cadre de sa mission au service du développement de la filière, France Bois Forêt contribue chaque année au co-fonancement de plusieurs programmes d’action, dont certains portent spécifiquement sur la mobilisation de l’amont de la filière, par exemple :

Afin d’anticiper et de préparer l’avenir du secteur, France Bois Forêt souhaite disposer d’une évaluation approfondie et contextualisée de ces programmes, avec pour objectif de mieux comprendre leurs points forts et axes d’amélioration potentiels.

A travers le recueil des retours d’expérience des parties prenantes concernées, cet accompagnement stratégique sera en particulier l’occasion d’une réflexion collective sur les enjeux clés actuels à prendre en compte pour les acteurs de l’amont de la filière, afin d’anticiper au mieux le contenu de futures actions de soutien qui pourraient leur être destinées (R&D, évolution des marchés, aspects sanitaires, impacts locaux du changement climatique, gestion de la ressource en eau, évolution des attentes sociétales dans un contexte de Transition Energétique et Ecologique, etc.).

 

Approche méthodologique

L’intervention de Nomadéis se déroulera en 6 étapes principales :

  • Cadrage logique et stratégique de l’évaluation avec France Bois Forêt et pré-analyse des enjeux transverses concernant l’amont de la filière forêt-bois ;
  • Etude préliminaire des données disponibles concernant les projets à évaluer (données techniques, économiques, gouvernance et gestion de projet…) ;
  • Analyse approfondie des données recueillies pour chaque projet concerné par l’évaluation ;
  • Conduite d’une série d’entretiens qualitatifs auprès d’acteurs clés (porteurs de projet, partenaires et/ou bénéficiaires notamment) ;
  • Synthèse des enseignements de l’évaluation, rédaction d’une note d’analyse par projet et d’une note transversale de synthèse et recommandations ;
  • Restitution de la démarche auprès des équipes de France Bois Forêt et des parties prenantes concernées. 

 

Autres références

Les équipes de Nomadéis ont déjà été amenées à réaliser plusieurs missions d’études en lien avec la filière forêt-bois, notamment :

  • Réalisation d’une étude sur les concurrences d’usage des sols agricoles et forestiers en Île-de-France (ARENE Ile-de-France – IAU, 2017-2018) ;
  • Etude des potentialités du territoire seine-et-marnais dans la structuration de la filière forêt-bois (Conseil Général de Seine et Marne, 2014-2015) ;
  • Accompagnement du réseau des DREAL (Directions Régionales de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement), dans le cadre de la territorialisation de la démarche « filières vertes » (qualité de la construction). Appui pour l’identification, la sélection et le cadrage de projets économiques, dont plusieurs en partenariat avec les interprofessions bois locales (Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire, 2013-2015) ;
  • Diagnostic de la filière forêt-bois en Île-de-France, étude des perspectives en termes d’emploi et recommandations pour le renforcement de la filière (ARENE Ile-de-France en partenariat avec le réseau TEE – Territoires, Environnement, Emploi, 2009–2010).
]]>
http://www.nomadeis.com/2018/05/france-bois-foret-evaluation/feed/ 0
Transition énergétique et écologique (TEE) dans les milieux insulaires : EDF mobilise les équipes de Nomadéis pour une mission d’étude et de formation… http://www.nomadeis.com/2018/05/tee-milieux-insulaires-edf/ http://www.nomadeis.com/2018/05/tee-milieux-insulaires-edf/#comments Tue, 15 May 2018 14:30:38 +0000 nomadeis http://www.nomadeis.com/?p=4923 Continuer la lecture ]]>

Saint-Leu, La Réunion vu du ciel Relaxed informal IT business startup company team meeting. Windrad mit Inseln, Seychellen

En préparation d’une formation sur-mesure à destination de ses cadres, portant notamment sur les enjeux de financement, la Direction des Services Energétiques Insulaires (DSEI) d’EDF a sollicité Nomadéis pour analyser les enjeux de la Transition Energétique et Ecologique (TEE) dans les Zones Non Interconnectées au réseau électrique continental (ZNI).

Au programme : création d’un cadre logique d’analyse et déclinaison de ce cadre sur cinq territoires (Martinique, Guadeloupe, Guyane, La Réunion et Corse), puis préparation et animation de 3 modules de formation sur-mesure…


Contexte

Les territoires insulaires correspondent majoritairement à des Zones Non Interconnectées au réseau électrique métropolitain continental (ZNI), et présentent généralement une vulnérabilité énergétique structurelle significative en lien avec plusieurs facteurs, dont notamment leur taille relativement réduite, une forte croissance de la consommation, une dépendance notable aux importations d’énergies fossiles, et la nécessité de produire localement la totalité de l’électricité consommée, et ce à un coût de production élevé.

EDF, acteur majeur de la transition énergétique, assure dans la plupart des ZNI (à travers sa Direction des Systèmes Energétiques Insulaires, DSEI) un service complet et intégré du secteur de l’électricité, de la production à la distribution, en passant par le transport et la fourniture. Les ZNI requièrent en effet le plus souvent d’intégrer l’ensemble des métiers permettant d’assurer le service public de l’électricité, dans le respect des grands équilibres économiques, sociaux et environnementaux.

Afin d’anticiper les évolutions sociétales en cours et à venir (notamment en lien avec les grandes transitions (démographique, écologique, numérique, sociale et solidaire), de saisir et susciter des occasions de coopérations et synergies intersectorielles, de développer de nouvelles offres de service et de poursuivre la promotion d‘une transition vers un modèle de société plus durable, EDF SEI souhaite mettre à disposition de ses équipes un cadre d’analyse large et systémique des enjeux, spécificités et opportunités de la TEE dans les territoires dits insulaires.

 

Approche méthodologique

La mission confiée à Nomadéis comprend les principales étapes suivantes :

  • Recherches bibliographiques et analyse approfondie de ressources documentaires (mobilisation des bases de connaissances internes de Nomadéis, complétées par des sources externes) ;
  • Conduite d’entretiens qualitatifs après d’un panel d’experts et acteurs professionnels (institutions, monde académique, entreprises, etc.) ;
  • Définition d’un cadre logique d’analyse, valant grille de lecture des enjeux, acteurs et outils clés de la TEE dans les territoires étudiés (intégrant notamment les aspects de coopération intersectorielle, gouvernance locale de l’énergie, dispositifs de financement spécifiques, etc.) ;
  • Déclinaison de ce cadre d’analyse sur cinq territoires insulaires (Martinique, Guadeloupe, Guyane, La Réunion et Corse) et production d’une série de monographies ;
  • Préparation et co-animation de 3 modules de formation à destination des équipes locales d’EDF SEI. 
]]>
http://www.nomadeis.com/2018/05/tee-milieux-insulaires-edf/feed/ 0
BIOREV Tropics : Nomadéis et ses partenaires remportent l’appel à projets innovants de la DIECCTE La Réunion… http://www.nomadeis.com/2018/04/biorev-tropics-la-reunion/ http://www.nomadeis.com/2018/04/biorev-tropics-la-reunion/#comments Tue, 24 Apr 2018 14:19:52 +0000 nomadeis http://www.nomadeis.com/?p=4870 Continuer la lecture ]]>

IMG_2332 Piton de la Fournaise, La Réunion biorev3

Nomadéis et ses partenaires BioBuild Concept et la Laboratoire d’Écologie Urbaine de La Réunion vont travailler pendant 8 mois sur le développement local de la filière du « bâti tropical » (construction en milieu tropical humide).

Objectif : renforcer la valorisation des matériaux locaux pour la construction et maximiser les retombées socioéconomiques pour le territoire, notamment en matière d’emploi et de compétences.


Participation aux Assises des Outre-Mer :

Télécharger la contribution de Nomadéis aux Assises des Outre-Mer

 

Aperçu du programme de travail BIOREV Tropics

Le programme d’action défini par Nomadéis et ses partenaires comprend 6 principaux axes de travail :

  • Constitution d’un collectif spécifique de 60 acteurs, qui rassemble institutions, collectivités, entreprises, associations, architectes, établissements d’enseignement et de recherche, exploitations agricoles, etc. dans une logique de mobilisation de l’intelligence collective ;
  • Réalisation d’un diagnostic initial des filières existantes et des gisements potentiels. Cartographie de 26 ressources locales pour la construction en milieu tropical humide et insulaire, dans un périmètre de 4 catégories de matériaux : biosourcés « produits », biosourcés « déchets », géosourcés et végétal vivant  (recherches, interviews, observations de terrain) ;
  • Organisation, animation, capitalisation de 8 ateliers de travail, en collaboration étroite avec le Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement (CAUE de La Réunion) ;
  • Consultation de 250 entreprises artisanales locales, pour mieux comprendre leurs perceptions et attentes en lien avec le développement actuel et futur de la filière bâti tropical, et les opportunités économiques associées ;
  • Organisation de 4 visites techniques visant à partager et valoriser au mieux les retours d’expériences d’opérations d’aménagements ayant mis en œuvre certains principes et pratiques emblématiques du bâti tropical ;
  • Identification de 70 actions clés (innovation, export, réglementation, formation…), co-construction et formalisation d’un plan d’action, mobilisation des acteurs du territoires pour maximiser les retombées socioéconomiques locales.

 

Principaux partenaires

BIOREV Tropics est soutenu et financé par la Direction des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l’Emploi (DIECCTE La Réunion) ainsi que le ministère de la Transition écologique et solidaire (MTES).

Laboratoire d’Ecologie Urbaine de La Réunion (LEU Réunion) : Fondé en 2003 par les architectes Antoine Perrau et Michel Reynaud, le Laboratoire d’Ecologie Urbaine porte son activité sur deux domaines : l’aménagement urbain et paysager, et la qualité environnementale du bâtiment et des projets d’aménagement. LEU Réunion regroupe une équipe d’une dizaine de collaborateurs impliqués dans le domaine de l’aménagement urbain et paysager, respectueux de l’environnement. Intervenant soit en études, soit en réalisation, le Laboratoire d’Ecologie Urbaine dispose d’une pratique diversifiée aussi bien en maîtrise d’oeuvre qu’en assistance à maîtrise d’ouvrage. Le paysage est une dimension fondamentale de son activité depuis plusieurs années.

BioBuild Concept : Fondé en 2015, BioBuild Concept accompagne le développement de projets dans le secteur de la construction durable. L’expertise du cabinet couvre les domaines de l’éco-construction, des matériaux de construction biosourcés, des matériaux innovants, et de l’économie circulaire. Composé d’une équipe multidisciplinaire et complémentaire, BioBuild Concept s’appuie sur l‘expérience reconnue de cette équipe dans de nombreux domaines comme l’industrie des matériaux de construction et la bio-industrie, les outils de réglementation et de normalisation de la construction, les évaluations techniques des matériaux, la formation professionnelle ou encore les stratégies de développement de filières. 

 

Pour en savoir plus sur le contexte local

L’île de La Réunion est engagée depuis plusieurs années dans une stratégie de développement de la filière « bâti tropical ». La pertinence de cette démarche est explicitée dans plusieurs rapports qui documentent de façon argumentée, illustrée et chiffrée les enjeux de la construction en milieu tropical humide, les contraintes propres au territoire réunionnais, les savoir-faire acquis par les acteurs locaux, les réalisations et les programmes en cours d’exécution.

Plusieurs démarches successives d’analyse économique et/ou environnementale du territoire convergent en faveur d’une stratégie de spécialisation, d’études de filières vertes, d’un potentiel à l’export des savoir-faire, etc. et ont permis de mettre en avant des enjeux techniques et économiques. 

D’un point de vue technique, le territoire se concentre sur la mise en œuvre d’une stratégie bioclimatique permettant de s’adapter aux contraintes posées par sa situation géographique (aléas climatiques et naturels, confort thermique, indépendance, énergétique, etc.) via une réflexion sur l’orientation des bâtiments et la mise en œuvre de dispositifs permettant de lutter contre le rayonnement solaire et de favoriser la ventilation naturelle (incluant notamment le végétal vivant, intégré ou à proximité du bâti).

La question spécifique des matériaux utilisés dans la construction est abordée comme un champ de développement à explorer. Des initiatives ont été engagées, notamment en matière de développement de la connaissance (caractérisation des matériaux locaux) ou de production à des échelles artisanales ou semi-industrielles.

Toutefois, la structuration de filières de production de matériaux locaux pour la construction et leur appropriation par les entreprises de la maîtrise d’œuvre ne sont pas encore objectivés comme des facteurs clés de succès d’une filière bâti tropical dans son ensemble. A ce jour, malgré un réel volontarisme pour valoriser certaines ressources réunionnaises, la plupart des matériaux utilisés dans la construction demeurent importés. 

D’un point de vue économique, les études réalisées ont permis de mieux connaitre et caractériser les métiers et emplois de la filière de la construction et les enjeux associés à son développement, notamment en matière de réglementation et de taille critique de marché.

Cependant, l’analyse de la chaine de valeur reste à consolider sur la question de l’approvisionnement en matériaux locaux (maillons « amont ») et sur les perspectives offertes par le développement d’une économie circulaire du bâtiment pour relever les défis liés à l’insularité du territoire (optimisation et valorisation des déchets de matériaux biosourcés et locaux aux différentes étapes de la chaine de valeur).

]]>
http://www.nomadeis.com/2018/04/biorev-tropics-la-reunion/feed/ 0
Projet « Up for the Planet » : Nomadéis s’implique dans les États Généraux des Générations Futures… http://www.nomadeis.com/2017/12/up-for-the-planet/ http://www.nomadeis.com/2017/12/up-for-the-planet/#comments Fri, 15 Dec 2017 09:34:15 +0000 nomadeis http://www.nomadeis.com/?p=4746 Continuer la lecture ]]>
UPFORTHEPLANET-logo-RGB-Positive PRENEZ LA PAROLE-Planete-Plantu FR FACEBOOK-09

Les Etats Généraux des Générations Futures (Up for the Planet), lancés par le Global Positive Forum et Positive Planet, sont une consultation mondiale sans précédent pour rassembler les idées et contributions de chacun pour un monde plus positif. 

 Visionner la vidéo

 

Objectif

En croisant consultation citoyenne mondiale et avis d’experts, il s’agit de définir et faire accepter aux leaders du G20 une feuille de route de 20 propositions, pour défendre l’avenir des générations futures.

Méthode et thématiques

L’initiative « Up for the planet » repose sur deux piliers complémentaires :

  • Une plateforme internationale de consultation citoyenne ouverte à tous, pour générer des idées et une délibération en ligne, recueillir les arguments et les propositions des internautes du monde entier jusqu’en février 2018 ;
  • Trois groupes d’experts pour aider à prioriser, détailler, rendre opérationnelles les meilleures propositions issues de la consultation citoyenne,

Trois grandes thématiques ont été retenues pour organiser les débats :

Experts du groupe « Environnement »

Participent notamment au groupe « Environnement » animé par Nomadéis :

Résultats attendus

20 propositions seront retenues et publiées dans un rapport écrit et largement diffusé au terme du processus. Les propositions seront sélectionnées sur la base de critères liés à leur faisabilité, impacts attendus et applicabilité dans les pays du G20.

Les propositions retenues pourront être soutenues par tous les citoyens qui le souhaitent à travers le monde et seront présentées au Président de la République française, portées aux leaders du G20 et présentées lors du 2nd Global Positive Forum.

Comment participer ?

Connectez-vous à la plateforme de consultation et donnez votre avis ! 

La plateforme est ouverte jusqu’à fin janvier 2018 pour proposer vos idées, discuter, voter et apporter votre contribution à cette consultation citoyenne mondiale unique.

Pour en savoir plus…

Positive Planet, née de la croissance et de la transformation de Planet Finance, agit pour développer l’autonomie économique des populations les plus fragiles, exclues des circuits traditionnels de l’éducation et de l’emploi, notamment les jeunes et les femmes. Positive Planet mobilise des experts autour de la finance inclusive et l’éducation financière, l’entrepreneuriat et le développement de l’employabilité, ainsi que la création de chaînes de valeur inclusives. L’organisation intervient dans plus de 35 pays. 

]]>
http://www.nomadeis.com/2017/12/up-for-the-planet/feed/ 0
Quartiers durables : Nomadéis anime une table ronde sur l’innovation dans le cadre du Salon World Efficiency… http://www.nomadeis.com/2017/12/world-efficiency-quartiers-durables/ http://www.nomadeis.com/2017/12/world-efficiency-quartiers-durables/#comments Fri, 15 Dec 2017 08:47:36 +0000 nomadeis http://www.nomadeis.com/?p=4740 Continuer la lecture ]]> WE1 logo-greenawards-72dpi-serre2 IMG_7439

Organisé à Paris du 12 au 14 décembre sous le haut patronage du Président de la République, World Efficiency Solutions est le premier rendez-vous international dédié à l’économie sobre en ressources et carbone. 10 000 participants se sont retrouvés à Paris pour développer les nouvelles collaborations qui contribueront à créer le monde de demain.

 Objectif : mettre en relation des projets et des solutions en termes de mobilité, d’infrastructure bas carbone, d’énergie accessible à tous, d’écoconstruction, de nouveaux modes de production sobres et performants et de préservation des milieux. Au programme : sommet international, business matchmaking, exposition, mise en avant de l’innovation et sessions de formations.

Nomadéis a animé à la demande du réseau Construction21 un atelier-débat intitulé « Quand les quartiers jouent la carte du durable », le 13 décembre de 14h30 à 15h15, réunissant des lauréats nationaux des Green Solutions Awards 2017.

Grande émettrice de carbone, la ville est aussi la principale source de solutions qui permettent de réduire notre empreinte environnementale et apparaît comme une échelle pertinente de réflexion autour de la transition énergétique des territoires. L’atelier-débat animé par Nomadéis a réuni les aménageurs de trois quartiers particulièrement remarquables distingués lors des Green Solutions Awards 2017.

 

Participants à l’atelier-débat

  • Ecovillage des Noés – Val de Reuil (France) : situé dans la ville nouvelle de Val-de-Reuil (Eure), cet écovillage propose un nouveau mode d’habiter plus respectueux de la planète et répondant mieux aux aspirations des habitants. L’écovillage se fonde sur l’expérience ancestrale de la vie sociale villageoise, plus que sur sa forme urbaine, ainsi que sur son fondement économique : l’agriculture.

  • Campus Lyontech la Doua – Lyon (France) : Retenu dans le cadre du programme national Opération Campus, ce projet majeur de réhabilitation et de construction mis en œuvre par Eiffage Construction a pour ambition l’émergence d’un écocampus durable de renommée internationale. 

  • Virtual city of Zero Energy house – Tomiya (Japon) : Ce quartier à énergie zéro est constitué de maisons individuelles préfabriquées à consommation énergétique nulle. Le quartier présente une empreinte carbone réduite de 95% par rapport à un quartier classique grâce à un ensemble de solutions technologiques intégrées aux habitations. Une gestion technique centralisée de l’énergie permet aux habitants d’accéder à leurs données de consommations. 
]]>
http://www.nomadeis.com/2017/12/world-efficiency-quartiers-durables/feed/ 0
RSE : Le Groupe PSA choisit Nomadéis pour mettre à jour sa matrice de matérialité… http://www.nomadeis.com/2017/12/rse-groupe-psa-materialite/ http://www.nomadeis.com/2017/12/rse-groupe-psa-materialite/#comments Thu, 14 Dec 2017 15:32:06 +0000 nomadeis http://www.nomadeis.com/?p=4696 Continuer la lecture ]]> Various microphones aligned at press conference. Businessman Preparing reports papers with graphs, charts on Stacks of documents files for finance in office. Piles of unfinished document achieves with paper clip. Concept of Business Annual Report. Senior managers sitting down during an important interactive meeting in the conference room

 

Durant 4 mois, Nomadéis a accompagné le Groupe PSA dans la mise à jour de sa matrice de matérialité. Objectif : Hiérarchiser les enjeux RSE du Groupe autour d’un ensemble de « macro-risques » pour faire émerger des priorités claires et les partager avec l’ensemble des parties prenantes externes et internes.


Contexte

La directive européenne 2014/95/UE, transcrite dans le droit français par l’ordonnance n° 2017-1180 du 19 juillet 2017, impose aux entreprises de plus de 500 salariés et dont le total du bilan ou le chiffre d’affaire excède les 100 millions d’euros de publier chaque année une déclaration de performance extra-financière au sein de leur rapport de gestion.

La nouvelle législation vise notamment à accroître la visibilité des informations transmises par les entreprises vis-à-vis de leur impact :

  • Social (emploi, organisation du travail, santé et sécurité, relations sociales, formation, égalité de traitement) ;
  • Environnemental (politique générale, pollution, économie circulaire, changement climatique, protection de la biodiversité, etc.) ;
  • Sociétal (sous-traitance et gestion des fournisseurs, loyauté des pratiques d’affaires, lutte contre la corruption, respect des droits de l’homme, etc.).

Se substituant au rapport RSE, cette déclaration doit mettre l’accent sur les informations les plus pertinentes, au regard notamment des principaux risques ainsi que du positionnement et des politiques de chaque entreprise.

C’est à ce besoin de hiérarchisation des données que répond la matrice de matérialité. Cet outil analytique a en effet vocation à identifier et positionner les uns par rapport aux autres les enjeux clés pour l’entreprise en matière de RSE, sur la base d’une analyse selon deux axes, définis par :

  • L’importance économique de chaque enjeu pour l’entreprise elle-même (impacts sur sa performance financière, son modèle économique) ;
  • L’importance de chaque enjeu au regard des attentes des parties prenantes externes.

Le positionnement relatif des enjeux sur ces deux axes permet de faire apparaître les enjeux majeurs pour l’entreprise, et de rendre plus lisibles ses priorités, facilitant ainsi le partage de ces éléments avec l’ensemble des acteurs de son écosystème.

 

 Objectifs et approche méthodologique

La mission de Nomadéis avait pour objectif de mettre à jour l’analyse de matérialité réalisée il y a 3 ans, en prenant en compte :

  • Les nouvelles orientations stratégiques du Groupe ;
  • Les évolutions des attentes des parties prenantes ;
  • Les évolutions du contexte socio-économique, environnemental et institutionnel dans le cadre duquel opère le Groupe PSA.

L’intervention de Nomadéis s’est déroulée en 4 temps :

  • Analyse de l’outil existant et pré-quantification de l’impact économique de chaque enjeu RSE sur l’entreprise (avec notamment l’animation de plus de 10 ateliers de cotation, associant plus de 50 experts internes issus de toutes les Directions du Groupe : DRH, Direction financière, Direction Générale, Direction de la Recherche, Direction RSE, Direction des achats, Direction commerciale, Direction de l’ingénierie, etc.) ;
  • Etat des lieux des attentes des principales parties prenantes externes, au travers d’une série d’entretiens approfondis avec un panel d’acteurs clés (ONG, partenaires sociaux, associations de consommateurs, institutions internationales, investisseurs, fournisseurs, etc.) ;
  • Compilation et analyse des informations recueillies, dans une perspective de capitalisation transversale et animation du processus final de décision collective (hiérarchisation des priorités RSE) ;
  • Restitution de la démarche et des résultats aux membres du comité exécutif (COMEX Groupe).

 

Pour en savoir plus

Décret n° 2017-1265 du 9 août 2017 pris pour l’application de l’ordonnance n° 2017-1180 du 19 juillet 2017 relative à la publication d’informations non financières par certaines grandes entreprises et certains groupes d’entreprises 

]]>
http://www.nomadeis.com/2017/12/rse-groupe-psa-materialite/feed/ 0
COP 23 : Nomadéis présente à Bonn l’observatoire ScenaRio sur le Pavillon France… http://www.nomadeis.com/2017/11/cop23-scenario2017/ http://www.nomadeis.com/2017/11/cop23-scenario2017/#comments Fri, 17 Nov 2017 12:21:16 +0000 nomadeis http://www.nomadeis.com/?p=4781 Continuer la lecture ]]>

COP23 IMG_3120 IMG_3078

Jeudi 16 novembre 2017, dans le cadre des débats organisés par le Comité 21 pour la COP 23 sur le Pavillon France à Bonn, Nomadéis a présenté ScenaRio, observatoire mondial de la jeunesse et du développement durable, suite aux interventions de MM. Nicolas HULOT, Ministre de la Transition Ecologique et Solidaire et Stéphane TRAVERT, Ministre de l’Agriculture et de l’alimentation.

Contexte

La 23ème Conférence des Nations Unies sur le changement climatique (COP23) était présidée par les îles Fidji, nation insulaire déjà largement affectée par ce phénomène, et visait notamment à élaborer les règles d’application de l’Accord de Paris (signé en 2015).

Cette 23ème conférence a été l’occasion pour l’équipe de Nomadéis de présenter la démarche ScenaRio – « Observatoire mondial sur la jeunesse et le développement durable » en revenant sur les apports successifs des précédentes éditions de l’enquête (ScenaRio 2016, 2015 et 2012).

Cet observatoire mondial a déjà permis de documenter les perceptions et attentes des 18-29 ans en lien avec le changement climatique et le développement durable dans plus de 40 pays (plus de 40 000 jeunes interrogés).

Un baromètre spécifiquement centré sur la France est également réalisé chaque année pour permettre d’analyser l’évolution des perceptions et des attentes des jeunes Français en lien avec des enjeux clés du développement durable et de l’actualité nationale et internationale.

L’initiative ScenaRio vise ainsi à porter la voix des jeunes générations dans les débats internationaux sur le développement durable et le changement climatique, et ainsi faire en sorte que leurs perceptions et attentes soient mieux comprises et prises en compte. 

Table ronde

Nomadéis est intervenu dans une table ronde animée par Bettina LAVILLE (présidente du Comité 21), portant sur le thème de la mobilisation des acteurs non étatiques, avec pour participants :

  • Ronan DANTEC, Sénateur et Président de l’association Climate Chance ;
  • Jacques BREGEON, Président de l’Ecole des Métiers de l’Environnement (EME) ;
  • Rémi GUIDOUM, Chef de projet développement durable chez Nomadéis ;
  • Jonathan GUYOT, chargé de développement Solidarité climatique au GERES ;
  • Alain CHATENET, Président de FIDAREC.

Deux autres tables rondes se sont également tenues le même après-midi sur le Pavillon France :

  • Une table ronde sur l’adaptation au changement climatique, avec pour participants Jean-Michel COUSTEAU (Président Green Cross France et Territoires), Maïna SAGE (Députée de la Polynésie française), Jean-Charles LARDIC (Directeur de la prospective et du développement durable de la ville de Marseille), Aldine FURIO (Directrice du plaidoyer de Max Havelaar France), Cécilia RINAUDO (Directrice générale adjointe de la Voute Nubienne) et Antoine HORELLOU (Directeur de Cool Roof) ;
  • Une table ronde sur la stratégie des acteurs français pour atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050, avec pour participants Gilles BERHAULT (Président du Club France Développement Durable), Gérarld MARADAN (Directeur Général d’Eco-Act), Claire TUTENUIT (Directrice d’Entreprises pour l’Environnement), Jaoud ZEMMOURI (Directeur scientifique de Terraotherm), Stéphane POUFFARY (Directeur général d’ENERGIES 2050), Jean-Pierre ELONG MBASSI (Secrétaire Général denCGLU Afrique).

Pour en savoir plus

  • ScenaRio 2016, lors de la COP22 : mené auprès de plus de 4 600 jeunes en France et dans 12 pays d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient ;
  • ScenaRio 2015, lors de la COP21 : mené auprès de 6 000 jeunes dans 12 pays (G7 et BRICS) ; 
  • ScenaRio 2012, lors de la conférence RIO+20 : mené auprès de 30 000 jeunes dans 30 pays.
]]>
http://www.nomadeis.com/2017/11/cop23-scenario2017/feed/ 0
Fonds Français pour l’Environnement Mondial : l’ADEME et l’IDDRI sollicitent Nomadéis pour monter un dossier de financement… http://www.nomadeis.com/2017/10/ffem-financement/ http://www.nomadeis.com/2017/10/ffem-financement/#comments Sun, 15 Oct 2017 11:18:50 +0000 nomadeis http://www.nomadeis.com/?p=4840 Continuer la lecture ]]> Euro Scheine Partnership international flags

Objectif : développer un projet de coopération internationale au Brésil et au Mexique, pour renforcer les liens entre gouvernements et entreprises dans le cadre des négociations climatiques internationales…

 

Contexte 

Suite à la COP21, l’accord de Paris sur le climat a entériné deux dynamiques complémentaires pour une action climatique ambitieuse, cohérente avec l’objectif de maintenir le réchauffement climatique en dessous de la barre des +2°C d’ici la fin du siècle :

  • Renforcement de l’initiative donnée aux pays, pour conduire des politiques climatiques efficaces tenant compte des préférences et des spécificités nationales. Les Etats peuvent ainsi fixer leurs propres objectifs de décarbonation à moyen terme, sous forme de Contributions (Prévues) Déterminées au niveau National (NDC) qui servent de base aux négociations (gouvernance de type bottom up).
  • Reconnaissance officielle du rôle des « acteurs non-étatiques », notamment les entreprises, dans le cadre des négociations internationales.

La contribution des entreprises aux processus de négociations sur le climat tend donc à se développer, et il apparaît indispensable de renforcer les échanges entre les sphères politique, entrepreneuriale et financière (la mobilisation des  investisseurs est cruciale pour financer la transition écologique et énergétique – TEE).

 

Contenu du projet

Le projet porté par l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie) et l’Iddri (Institut du développement durable et des relations internationales) vise à déployer des outils de dialogue entre gouvernements et entreprises, permettant un enrichissement réciproque de leurs stratégies de décarbonation.

Dans deux pays émergents, le Brésil et le Mexique, il s’agit ainsi de développer les synergies entre deux initiatives pionnières :

  • Le projet pour des trajectoires de décarbonation profonde (Deep Decarbonization Pathways Project, DDPP), une initiative de recherche collaborative lancée en octobre 2013 par l’Iddri, en collaboration avec le Sustainable Development Solutions Network (SDSN), afin de construire des trajectoires de réduction des émissions de gaz à effet de serre compatibles avec l’objectif +2°C, en renseignant les pays sur les mesures à prendre pour atteindre cet objectif ;
  • L’initiative Assessing low Carbon Transition (ACT), coordonnée par l’ADEME et le Carbon Disclosure Project (CDP) depuis la COP21, qui vise à construire et mettre en œuvre des méthodes d’évaluation et de suivi, par secteur, de l’alignement réel des entreprises vis-à-vis de scénarios de décarbonation, sur la base de données quantitatives et qualitatives vérifiables.

Pour compléter leurs propres moyens d’action, les partenaires ont souhaité mobiliser des co-financements internationaux.


Mission confiée à Nomadéis

Une mission de conseil et accompagnement stratégique a été confiée à Nomadéis, portant sur le montage d’un dossier auprès du Fonds Français pour l’Environnement Mondial (FFEM). 

En concertation étroite avec l’ensemble des partenaires, Nomadéis a notamment apporté son appui pour :

  • La structuration de la gouvernance du projet : définition des niveaux d’engagement et répartition des responsabilités entre les différents partenaires ;
  • La définition d’un programme d’action cohérent et complet, à partir des éléments de contenus transmis par les partenaires et de recommandations complémentaires adaptées ;
  • La formalisation d’un plan de financement prévisionnel pour l’ensemble du projet ;
  • La rédaction complète de la demande de co-financement.
]]>
http://www.nomadeis.com/2017/10/ffem-financement/feed/ 0
Génie écologique et risques climatiques : Nomadéis présente ses travaux dans le cadre d’une conférence organisée par l’Agence Française pour la Biodiversité, l’AFD et l’AESN… http://www.nomadeis.com/2017/09/genie-ecologique-risques-climatiques/ http://www.nomadeis.com/2017/09/genie-ecologique-risques-climatiques/#comments Sat, 23 Sep 2017 22:41:22 +0000 nomadeis http://www.nomadeis.com/?p=4794 Continuer la lecture ]]>

Diagramme MASSE Nomadeis Vue site LP logo atelier GERC

Cette conférence internationale intitulée « Génie écologique et risques climatiques », organisée à Paris du 20 au 22 septembre 2017, a été l’occasion pour Nomadéis de présenter ses travaux sur l’évaluation biophysique et économique de services écosystémiques. 

Objectifs : identifier les freins et leviers d’actions au développement des solutions d’ingénierie écologique et partager expériences et bonnes pratiques françaises et internationales.


Contexte

L’Agence de l’eau Seine-Normandie(AESN) et l’Agence Française de Développement (AFD) ont organisé les 20, 21 et 22 septembre à Paris une conférence internationale sur les thèmes de l’eau, du climat et du génie écologique, en partenariat avec l’Agence Française pour la Biodiversité(AFB), l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) et le Partenariat Français pour l’Eau (PFE).

Cette conférence, qui a notamment traité des enjeux relatifs au développement des infrastructures vertes et des capacités protectrices des milieux naturels, a été l’occasion de présenter et de débattre de solutions d’ingénierie écologique permettant de mieux gérer les risques climatiques qui menacent les écosystèmes et les populations.

La raréfaction des ressources en eau, la multiplication des événements extrêmes et la montée du niveau de la mer menacent en effet les écosystèmes et les populations. Favoriser les solutions vertes, « sans regret » et multifonctionnelles pour maximiser les services écosystémiques et renforcer les capacités protectrices des milieux naturels sont des défis essentiels pour faire face aux changements climatiques. 

La conférence a réuni acteurs de l’eau, de l’aménagement des territoires, du développement et de la biodiversité, pour un programme alternant tables rondes, présentations de projets, groupes de travail et visites techniques.

Les échanges issus de la conférence visaient notamment à alimenter les débats et négociations lors de la COP23 (Bonn, Allemagne – Novembre 2017) et du Forum Mondial de l’Eau (Brasilia, Brésil – Mars 2018), contribuant à enrichir la dynamique d’adaptation aux changements climatiques.

 

Contribution de Nomadéis

Nomadéis a été invité à alimenter les échanges autour d’études de cas réalisées par le cabinet, parmi lesquelles l’évaluation biophysique et économique du service d’écrêtement des crues de la plaine alluviale de Lonjsko Polje en Croatie.

Cette étude conduite en 2016 pour le compte du Programme des Nations Unies pour l’Environnement (via le Plan Bleu) met en évidence et mesure la contribution de cette zone humide en matière de protection contre les inondations.

Nomadéis a notamment présenté ses travaux portant sur les points suivants :

  • Choix et contextualisation du service écosystémique à l’étude : Nomadeis a d’abord procédé à la description et la hiérarchisation des services écosystémiques rendus par la plaine alluviale. L’objectif de cette démarche préalable consistait à contextualiser le service étudié en s’appuyant sur l’expertise locale sans chercher la quantification précise de chacun des 13 services analysés. Nomadeis a utilisé une méthode développée par le cabinet en 2012 (diagramme MASSE), à l’origine pour aider ses clients industriels à cartographier les enjeux écologiques et définir des priorités d’action adaptées aux territoires d’implantation de leurs sites de production en matière de performance environnementale. Cette méthode s’appuie sur des analyses bibliographiques, des observations de terrain, des consultations d’experts locaux et des restitutions cartographiques par profils spatiaux.
  • Evaluation biophysique : les équipes techniques du pôle « Eau et milieux naturels » de Nomadeis (ingénieurs environnement, hydrogéologues, hydrobiologistes) ont procédé à des analyses pour déterminer d’une part le volume réel de rétention de la zone et son effet sur les débits dans le cadre d’un scenario de crue centennale. Ces analyses ont été produites à partir des données historiques de précédentes crues et des mesures des stations locales déployées sur la Save et ses affluents. Elles ont été réalisées en partenariat avec Hrvatske vode (Croatian Water), société nationale en charge de la gestion des ressources en eau. Au-delà des volumes de rétention, l’évaluation a permis de caractériser les infrastructures artificielles qui pourraient rendre un service similaire en l’absence de la zone.
  • Evaluation économique : à partir des résultats de l’analyse biophysique, les économistes de Nomadeis ont procédé à l’évaluation du service d’écrêtement des crues par la méthode des coûts de remplacement, en identifiant les coûts de construction et en actualisant les coûts de maintenance. En l’occurrence, en procédant à l’extrapolation de coûts unitaires des infrastructures choisies et au transfert de ces coûts, sur la base d’indice de PPA de la Banque Mondiale. L’infrastructure choisie est le réservoir de Hany Tiszasüly, Hongie d’une capacité de 250 millions de m3, achevé en 2013.

Télécharger la synthèse de l’étude menée par Nomadéis

Télécharger le rapport technique complet

]]>
http://www.nomadeis.com/2017/09/genie-ecologique-risques-climatiques/feed/ 0