Lancer un programme de responsabilité sociale fédérant des partenaires privés et institutionnels

Lancé à l’initiative de Nomadéis et Fondapol et soutenu par EDF, Veolia Environnement, la CDC et Saint-Gobain, le projet ScenaRio 2012 est la première enquête mondiale sur la jeunesse et le développement durable, impliquant 30 000 jeunes de 16-29 ans dans 30 pays et un panel de 100 personnalités. ScenaRio 2012 est également soutenu par six agences des Nations Unies…

 

Environnement, développement et gouvernance : trois enjeux majeurs

Les questions relatives à l’environnement et au développement font désormais partie intégrante de la diplomatie internationale. La mise en évidence d’objectifs parfois contradictoires (par exemple protéger les ressources naturelles et lutter contre la pauvreté tout en encourageant la croissance économique) place parfois les décideurs publics face à des arbitrages délicats, a fortiori dans un monde exposé à des pressions croissantes (accélération du processus d’urbanisation, conséquences imprévisibles du changement climatique, etc.).

Le phénomène de globalisation accentue par ailleurs la nécessité d’un système de gouvernance mondiale efficace, capable d’impliquer l’ensemble des parties prenantes (gouvernements nationaux et locaux, institutions internationales, entreprises, société civile, etc.) dans des processus décisionnels complexes. Avec un objectif prioritaire simple et partagé : promouvoir le développement durable à l’échelle locale, régionale et globale.

 

Des différences de perceptions entre générations et régions du monde

Au-delà du consensus apparent selon lequel le paradigme du développement durable constitue la meilleure solution pour faire face aux défis contemporains, il apparaît clairement que tous les acteurs ne partagent ni la même vision, ni les mêmes attentes. Le contexte politique, culturel, économique, environnemental influence ainsi la façon dont les individus et les organisations abordent les enjeux du développement durable à l’échelle de leur territoire.

De l’utopie aux besoins du monde réel, de la vision d’un futur durable aux impératifs du quotidien (emploi, accès aux services de base, etc.), un large éventail de perceptions et d’idées doit être exploré pour révéler la diversité des significations associées à la notion de développement durable.

Dans la perspective de la prochaine Conférence des Nations Unies sur le Développement Durable (Rio+20), cet effort de meilleure compréhension mutuelle est décisif pour assurer le succès des débats par lesquels la communauté internationale imaginera un nouveau cadre institutionnel pour le développement durable, visant à encourager le développement d’une économie verte.

 

Impliquer les jeunes générations : une nécessité pour l’avenir des sociétés modernes

Malgré tout leur intérêt pour le développement durable, les jeunes citoyens du monde entier, acteurs et décideurs de demain, disposent de moyens limités pour participer aux processus de négociations internationales aux côtés des experts et des gouvernants. Pourtant, les 16-29 ans représentent aujourd’hui 24% de la population mondiale. Les Nations Unies ont donc proclamé 2010-2011 Année Internationale de la Jeunesse, sur le thème « Dialogue et compréhension mutuelle », marquant leur volonté d’intégrer ce sujet parmi les priorités de la communauté internationale.

 

En s’inscrivant dans la dynamique de Rio+20 et de l’Année Internationale de la Jeunesse, ScenaRio 2012 permettra de relayer les visions et attentes de 30 000 jeunes citoyens et 100 personnalités dans 30 pays.

Grâce à un processus participatif à grande échelle, ScenaRio 2012 apportera des recommandations et idées innovantes pour nourrir les débats qui auront lieu lors de la Conférence Rio+20 (juin 2012).