Grand Paris, filière paysage et emploi : l’UNEP et la DIRECCTE confient une mission à Nomadéis…

La DIRECCTE et l’UNEP (Union Nationale des Entreprises du Paysage) Île-de-France ont sélectionné Nomadéis et son partenaire Menway Carrières pour la réalisation d’un Contrat d’Etude Prospective portant sur les impacts des travaux du Grand Paris pour la filière du paysage en Île-de-France…


Objectifs et contenu de l’étude

L’étude confiée à Nomadéis et Menway Carrières vise à accompagner les entreprises du paysage pour la consolidation de leurs positions sur le marché francilien, et la saisie des opportunités liées aux travaux du Grand Paris et aux chantiers induits ou associés. L’étude vise notamment à :

  • Réaliser un diagnostic initial du marché des Espaces Verts en Île-de-France et de la situation de l’emploi et de la formation dans le secteur du paysage ;
  • Formaliser une analyse quantitative et qualitative des travaux liés au Grand Paris et aux projets induits ou associés (types de chantiers, volumes, calendriers, répartition géographique, exigences spécifiques, modalités de passation de marché envisagées, etc.) ;
  • Evaluer les besoins en emplois et compétences engendrés par les travaux pré-identifiés ;
  • Elaborer des scénarios prospectifs des besoins en emploi, recrutement, formation initiale et continue, qualification découlant des travaux du Grand Paris et de projets induits ou associés ;
  • Formuler des recommandations, à destination des entrepreneurs du paysage franciliens, des acteurs de la formation mais aussi des maîtres d’ouvrage (publics et privés).

Nomadéis et Menway Carrières suivront une démarche méthodologique spécialement conçue pour les besoins de la mission, mobilisant notamment des outils d’analyse et de cartographie, une consultation auprès des maîtres d’ouvrage, la réalisation de monographies, la conduite d’ateliers de concertation multi-acteurs, etc.

 

Contexte de l’étude

Des enjeux forts pour le secteur du paysage

Après une croissance forte entre 2000 et 2010 en France (doublement du nombre d’entreprises en 10 ans), l’activité du secteur s’est stabilisée depuis le début des années 2010. Ce constat est également valable à l’échelle de l’Île-de-France, le volume d’entreprises ayant été constant entre 2012 et 2015 (2 270 entreprises), et le nombre d’actifs ayant seulement augmenté de +0,9% sur la même période (11 800 actifs en 2015 contre 11 700 en 2012).

Au-delà des opportunités liées au Grand Paris, le secteur du paysage en Île-de-France doit se positionner par rapport à plusieurs enjeux, parmi lesquels :

  • Marchés émergents : liés notamment à la valorisation de nouvelles fonctions des végétaux (lutte contre le phénomène des îlots de chaleur urbains, impact des toitures et murs végétalisés sur le cycle de l’eau, etc.) ;
  • Evolution des besoins RH : intégration de pratiques de gestion écologique dans les métiers du paysage, besoins croissants en matière d’innovation, de professionnalisation de la gestion des emplois et des compétences (GPEC), avec notamment des enjeux en matière de formation continue, d’insertion des jeunes actifs, etc.
  • Contexte de coo-pétition : développement du secteur et de ses entreprises (majoritairement des TPE), en tenant compte de phénomènes complexes en matière de concurrence et de partenariats. 

Une évolution à prévoir dans la gestion des marchés publics pour le secteur du paysage avec l’avènement du Grand Paris 

La Métropole du Grand Paris a été créée le 1er janvier 2016, avec pour objectif d’ancrer Paris en tant que métropole mondiale incontournable. La création du Grand Paris implique une réorganisation des compétences entre les différentes entités publiques du territoire (Région, Département, Métropole, EPT, communes etc.), parmi lesquelles l’attribution des marchés publics pour la gestion des espaces paysagers (création, entretien, etc.). L’attribution des compétences (champ d’intervention et modalités d’action) des nouvelles institutions (Métropole du Grand Paris, établissements publics territoriaux, etc.) en matière d’aménagement est actuellement en cours de définition. L’un des enjeux de la phase initiale de la mission réalisée par Nomadéis consistera ainsi à cartographier précisément la gouvernance de l’attribution des marchés publics des espaces paysagers dans le cadre du Grand Paris.

Anticiper les impacts du Grand Paris

Les acteurs du paysage ont conscience des opportunités associées au Grand Paris, comme en témoignent par exemple des travaux exploratoires lancés en 2016 avec l’Atelier International du Grand Paris (AIGP).

Parmi ces opportunités : interventions sur des lieux d’habitation (agro-quartier de Montjean, à Rungis), des lieux de détente (projet d’aménagement Île Seguin-Rives de Seine, à Boulogne-Billancourt) ou encore des parcs d’entreprises (parc d’entreprises Léonard de Vinci, à Lisses, avec un vaste espace paysager en lisière d’un massif boisé).

A noter que ces opportunités s’insèrent dans un contexte favorable au développement du marché du paysage, caractérisé à la fois par des initiatives telles que l’appel à projets « Parisculteurs » lancé par la Ville de Paris dans le cadre de sa stratégie de verdissement) et des textes stratégiques destinés à orienter le développement paysager dans les différents territoires de la région Île-de-France (Schéma Régional de Cohérence Écologique – SRCE, rapport des États généraux de la conversion écologique et sociale en Île-de-France, Charte régionale de la biodiversité et des milieux naturels, etc.).