Services écosystémiques : le Plan Bleu Méditerranée confie à Nomadéis une nouvelle mission d’appui en Sardaigne…

Nomadéis interviendra notamment pour l’évaluation économique de 3 services rendus par les zones humides du site pilote de S’Ena Arrubia, refuge essentiel pour la biodiversité dans le golfe d’Oristano…


Contexte de la mission

La région méditerranéenne abrite 1 à 2% des zones humides du monde. Les zones humides côtières contribuent à fournir plusieurs services écosystémiques qui contribuent au bien-être humain, tels que :

  • Des services d’approvisionnement (eau douce, pêche, bois…)
  • Des services de régulation (protection contre l’érosion, les évènements météorologiques extrêmes…)
  • Des services culturels (bénéfices récréatifs notamment)

Or par manque d’informations et d’outils adaptés, les bénéfices socioéconomiques liés au bon fonctionnement des écosystèmes ne sont généralement pas bien pris en compte dans le cadre des décisions relatives au développement économique et territorial.

Ce manque d’information et de prise de conscience explique en partie la dégradation de nombreux écosystèmes sensibles, sous l’effet des activités humaines (développement urbain et agricole, surexploitation des ressources, pollution des milieux, etc.). Au cours du 20ème siècle, on estime ainsi que la moitié des zones humides méditerranéennes ont disparu (Perennou et al., 2012).

D’un point de vue méthodologique et technique, l’évaluation économique des services écosystémiques représente encore aujourd’hui un défi pour les experts, malgré de nombreux progrès. 

La quantification de services non marchands est un exercice complexe, qui nécessite une compréhension fine du fonctionnement des écosystèmes, ainsi qu’une connaissance rigoureuse des différentes méthodes d’évaluation économique, de leur applicabilité et de leurs limites selon les contextes. Cet exercice repose par ailleurs sur la collecte et l’analyse d’importants volumes de données, quantitatives et qualitatives.

Dans ce contexte, le projet « Initiative Saltpan : Actions de conservation des zones humides dans la région Med », initié par un consortium de partenaires dont le Plan Bleu, la fondation MEDSEA et Birdlife, a pour objectif de soutenir la valorisation, la restauration et la gestion durable des zones humides.

Les services écosystémiques rendus par quatre sites pilotes en Sardaigne, en Albanie, au Monténégro et en Tunisie vont être évalués économiquement dans le cadre de ce projet, afin de mieux comprendre leur valeur et ainsi mieux accompagner les décideurs (par exemple pour la mise en place de plans de gestion des sites, de développement territorial durable, etc.). 

 

Objectifs et contenu de la mission

Nomadéis accompagnera les équipes du Plan Bleu pour l’évaluation économique de 3 services écosystémiques rendus par les zones humides du site pilote de S’Ena Arrubia. Cette lagune située dans le golfe d’Oristano sur la côte ouest de la Sardaigne est considérée comme un refuge essentiel pour la biodiversité. 

Une boîte à outils pour l’évaluation des services écosystémiques (TESSA), développée par Birdlife International et d’autres organismes partenaires, sera testée sur ce site pilote. 

En 2016, le Plan Bleu avait déjà confié à Nomadéis une mission d’évaluation économique des services rendus par les zones humides méditerranéennes, en matière de régulation du climat. Dans le cadre de cette précédente mission, les travaux avaient notamment porté sur 4 sites (Croatie, Égypte, France et Turquie), dans le cadre du projet Med-ESCWET (Télécharger le rapport technique).

Pour cette nouvelle mission, Nomadéis s’appuiera sur ses expériences préalables, ainsi que sur son expertise dans les domaines de l’économie de l’environnement, de la gestion de la ressource en eau et des enjeux de développement durable à l’échelle méditerranéenne (voir références ci-dessous). 

Les travaux de Nomadéis comprendront notamment : 

  • Une revue de l’étude de faisabilité, en particulier le choix de la méthode d’évaluation économique retenue et des services écosystémiques considérés ;
  • La conduite de plusieurs visites techniques et rencontres d’acteurs sur le terrain ; 
  • Une analyse de la méthodologie retenue pour l’évaluation biophysique et du questionnaire utilisé pour la collecte de données ; 
  • Un appui méthodologique et un partage d’expertise lors de la réalisation de l’évaluation économique des services écosystémiques de la zone humide ;  
  • Une synthèse des résultats et la formulation de recommandations pour l’amélioration de l’outil TESSA.  

 

Exemples de références connexes

Nomadéis a mené plusieurs travaux en lien avec la préservation de la biodiversité, l’étude des services rendus par les écosystèmes (notamment les zones humides) et le développement de partenariats multi-acteurs innovants pour relever les défis économiques, sociaux et environnementaux associés. Par exemple :

  • En 2019, réalisation d’un état des lieux actualisé et d’une analyse critique de la connaissance scientifique sur la thématique de la séquestration carbone pour le compte de la société Eau de Paris, dans le but de formuler des recommandations de positionnement stratégique ;
  • En 2018, accompagnement stratégique du Centre de coopération régionale de l’UICN pour la définition et la structuration de son nouveau cadre d’intervention (et de ses déclinaisons opérationnelles) à horizon 2024 ;
  • En 2018, accompagnement de la Direction générale des relations internationales et de la stratégie (DGRIS) du ministère des Armées, pour développer des partenariats innovants autour de l’initiative « Patrimoine maritime » et contribuer à l’élaboration d’une politique durable d’anticipation sécuritaire environnementale dans le bassin maritime d’Asie du Sud-Est ;
  • Les 20 et 22 septembre 2017, Nomadéis a par ailleurs présenté ses travaux sur l’évaluation biophysique et économique de services écosystémiques, notamment pour le service d’écrêtement des crues de la plaine alluviale de Lonjsko Polje en Croatie, lors de la conférence internationale « Génie écologique et risques climatiques » organisée par l’Agence Française pour la Biodiversité, l’Agence Française de Développement et l’Agence de l’Eau Seine-Normandie.