Biens communs, sécurité et environnement : Nomadéis publie un nouveau Policy Brief sur la prévention des conflits environnementaux…

Objectif : explorer de nouveaux modes de gouvernance fondés sur les biens communs, pour relever le triple défi de l’environnement, de la sécurité et du développement dans des zones de tension autour de l’accès aux ressources naturelles…


Contexte

Le Dialogue of Civilizations Research Institute (DOC RI) est une plateforme de dialogue indépendante, qui rassemble diverses perspectives du monde développé et du monde en développement dans un esprit non conflictuel et constructif, en vue d’identifier les possibilités de résolution des conflits. L’institut organise ses activités autour de 3 grands thèmes : cultures et civilisations, économie, gouvernance et diplomatie.

Depuis le début des années 1990, l’accès aux ressources environnementales a été identifié comme un enjeu de sécurité. Les tensions liées à l’accès aux ressources ont déjà contribué à diverses reprises au développement de conflits intercommunautaires (par ex. le conflit du Darfour depuis 2003 ou, plus récemment, les conflits entre Dogons et Peuls au Mali en 2018). 

Ce lien entre sécurité, climat/environnement et développement constitue une priorité de l’agenda international, comme le montrent les récentes résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU reconnaissant les effets néfastes des changements climatiques et écologiques sur la stabilité du bassin du Tchad, de l’Afrique de l’Ouest et du Sahel, et de la Somalie.

Cette préoccupation est partagée au niveau européen et a fait l’objet d’une conférence de haut niveau, organisée en juin 2018 par la Commission Européenne (et présidée par la Haute représentante de l’UE Federica Mogherini), dans le cadre de la COP24 sur le thème Climat, paix et sécurité : L’heure de l’action.

 

Le Policy Brief

Nomadéis a rédigé, pour le compte de DOC RI, un Policy Brief, visant à explorer l’intérêt des communs pour renouveler les approches de la coopération transfrontalière et internationale en matière de prévention des conflits autour des ressources environnementales.

Les approches fondées sur les communs font référence à l’implication directe et active des populations dépendant d’une ressource, pour concevoir et mettre en oeuvre les schémas de gouvernance visant à préserver cette ressource (tout en garantissant un accès équitable à ladite ressource).

Le Policy Brief rédigé par Nomadéis (parution été 2020) a notamment les principaux objectifs suivants : 

  • Montrer, exemples à l’appui, que les approches fondées sur les communs peuvent contribuer à transformer des processus de dégradation des ressources naturelles en dynamiques de coopération, pour une gestion durable de ces ressources (permettant ainsi de prévenir les tensions et les crises) ;
  • Mettre en évidence (à travers trois études de cas) les spécificités liées à la gestion des communs transfrontaliers ;
  • Montrer comment les communs transfrontaliers représentent une orientation prometteuse en matière de prévention des conflits et de développement d’une gestion environnementale permettant d’assurer une promotion de la paix, tout en identifiant un ensemble de conditions pour la réussite de telles approches.

Un panel de chercheurs et de personnalités influentes issues des réseaux de Nomadéis et de DOC RI est associé à ces travaux, afin d’en challenger le contenu mais aussi d’enrichir les orientations et de les promouvoir, en Europe et à l’échelle mondiale. 

 

Pour en savoir plus

La « gestion des communs » a été popularisée par l’attribution du prix Nobel d’économie à Elinor Ostrom en 2009, pour avoir démontré comment les biens communs peuvent être efficacement gérés par les acteurs qui en dépendent. 

La politologue et économiste américaine était convaincue qu’il était possible de gérer les biens communs (notamment les ressources naturelles) en évitant leur surexploitation, à condition de reconnaître leur valeur sur le long terme.

Elle a su démontrer que la surexploitation des biens communs pouvait être évitée, dès lors que les utilisateurs s’organisent eux-mêmes pour leur gestion durable en commun. Elle a également mis en évidence les conditions de succès de ces modes de gestion.

Les thématiques de l’accès aux ressources rares et aux services essentiels (eau, énergie, santé, numérique, mobilité…), et de la gouvernance partagée de ces ressources et de ces services, constituent des axes importants du positionnement et des savoir-faire développés par Nomadéis depuis sa création en 2002. 

Nomadéis a ainsi réalisé plusieurs missions sur ces thématiques pour le compte de Fondations (Fondation Prince Albert II de Monaco notamment dans le cadre du Water Think Tank, Fondation Veolia,…), d’entreprises (VeoliaEDFSanofi-aventisInstitut ForhomInstitut Pasteur…), d’associations (programme Solidarité EauFonds Mondial pour le Développement des Villes…) et d’institutions internationales (GIZBanque MondialeUN-Habitat…) dans plus de 50 pays.