Innovation pour la transition énergétique et écologique : Nomadéis accompagne un consortium européen avec la réalisation d’une étude de marché pour un matériau biocomposite innovant…

Les matériaux composites conventionnels, appréciés pour leurs avantages techniques, suscitent de plus en plus d’inquiétudes en raison de leur fort impact sur l’environnement et de leur potentiel limité en matière de recyclage…

 

Contexte 

Les matériaux composites sont basés sur un assemblage d’au moins deux matières non miscibles et dont la performance technique globale (légèreté, rigidité, etc.) est améliorée par rapport aux matières seules. 

Les objectifs d’amélioration des performances et de réduction des émissions de gaz à effets de serre dans les secteurs du transport (automobile, ferroviaire, aéronautique, maritime, etc.) a mené les industriels vers une recherche constante d’allègement des véhicules, trains, aéronefs et bateaux, engendrant ainsi une utilisation croissante des matériaux composites à base de fibre de verre. 

Cependant, l’utilisation de ce matériau composite est aujourd’hui mise en cause en raison de sa faible recyclabilité, mais également car la production de fibre de verre est associée à une forte consommation de sable, d’eau et d’énergie. 

 

Objectifs 

Dans ce contexte, les matériaux biocomposites, qui utilisent des renforts et des résines d’origine végétale (ou animale), se présentent comme des alternatives innovantes et durables aux composites conventionnels. 

 Présentant des qualités techniques équivalentes aux composites à base de fibres de verre (légèreté, rigidité, résistance au feu), le biocomposite développé par le consortium qu’accompagne Nomadéis engendre un impact environnemental optimisé en analyse de cycle de vie (diminution de la consommation d’énergie grise et des émissions de CO2, préservation des ressources en sable, recyclabilité, soutien d’une agriculture durable et locale, etc.). 

Le consortium a ainsi sollicité Nomadéis pour la réalisation d’une étude de marché, visant notamment à obtenir :

  • Une identification des marchés présentant le meilleur potentiel pour le matériau biocomposite développé, en tenant compte des volumes et des barrières à l’entrée, des temps de développement requis (techniques, légaux et commerciaux), de la valeur ajoutée de l’alternative biocomposite face aux matériaux conventionnels mais aussi du contexte institutionnel ;
  • Une analyse approfondie de la chaine de valeur, des acteurs clés et des indicateurs économiques des marchés identifiés comme ayant le plus fort potentiel à court ou moyen terme pour le produit développé par le consortium ;
  • Une stratégie d’accès au marché inspirée du mix marketing, intégrant notamment une stratégie de communication et une argumentation de différentiation mettant en exergue les impacts socioéconomiques et environnementaux du produit biocomposite.

 

Approche méthodologique

Afin d’atteindre les objectifs fixés, Nomadéis mettra en œuvre les moyens suivants :

  • Sélection préliminaire des secteurs et marchés cibles identifiés par le consortium, à travers notamment un atelier de travail à distance et la mobilisation d’outils de collaboration innovants ;
  • Recherches bibliographiques et analyse approfondie de ressources documentaires ciblées, afin de fournir une évaluation indicative des critères économiques associés aux marchés cibles ;
  • Identification des principaux dispositifs de soutien à la mise en œuvre des produits biosourcés en Europe, avec un focus sur 7 secteurs clés et 3 pays européens ;
  • Hiérarchisation des marchés cibles à l’aide d’une matrice et d’un outil d’aide à la décision sur-mesure ;
  • Réalisation d’une série d’entretiens qualitatifs auprès d’acteurs clés (représentants / experts des secteurs concernés, clients ou partenaires potentiels, etc.) pour approfondir l’analyse et la mise en perspective des données recueillies ;
  • Réalisation d’une analyse SWOT (Atouts-Faiblesses-Opportunités-Menaces) pour les marchés étudiés ;
  • Co-construction d’une stratégie d’exploitation des résultats du projet à travers un atelier de travail réunissant l’ensemble des membres du consortium ;
  • Collecte de données qualitatives complémentaires via une enquête auprès des membres du consortium sur les impacts économiques et sociétaux du nouveau matériau développé ;
  • Elaboration d’une stratégie d’accès aux marchés (définition d’une base d’argumentation différenciante, conception d’une stratégie de communication, identification des partenariats clés, etc.) ;
  • Production de documents de synthèse à vocation opérationnelle.