Le Ministère du développement durable choisit Nomadéis pour une étude sur les matériaux bio-sourcés

Nomadéis a été sélectionné par le Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable, des Transports et du Logement (MEDDTL) pour la réalisation d’une étude portant sur le secteur et les filières de production des matériaux et produits bio-sourcés utilisés dans la construction (à l’exception du bois).

Les filières des matériaux et produits bio-sourcés ont été identifiées par le Commissariat Général au Développement Durable (CGDD) comme faisant partie des 18 « filières vertes ».

Ces filières ont un potentiel de développement économique élevé pour l’avenir, notamment en raison de leur rôle pour :

  • Diminuer notre consommation de matières premières d’origine fossile ;
  • Limiter les émissions de gaz à effet de serre ;
  • Entraîner la création de nouvelles activités.

Les produits et matériaux issus de la biomasse se développent progressivement sur des marchés tels que l’automobile, l’emballage, les lubrifiants.

On observe également l’apparition de nouveaux produits à destination du secteur de la construction et du bâtiment, comme par exemple les laines d’isolation à base végétale ou les blocs de construction en chanvre.

Un groupe de travail a été constitué en mai 2012, regroupant des représentants du MEDDTL et de professionnels du bâtiment, pour comprendre les freins au développement de ces nouveaux matériaux pour la construction.

Les travaux de ce groupe ont notamment mis en évidence un manque de données économiques sur les marchés concernés, essentielles pour éclairer le cas échéant les politiques de soutien à mettre en œuvre et étayer l’argumentation en faveur du développement des filières de production des matériaux et produits bio-sourcés. 

L’étude menée par Nomadéis sur une période de 11 mois (novembre 2011 à septembre 2012) permettra notamment de :

  • Réaliser un état des lieux détaillé et exhaustif des filières concernées ;
  • Etudier les facteurs de croissance des entreprises dans l’ensemble de ces filières en fonction de critères technologiques, politiques, sociologiques et économiques ;
  • Formuler des recommandations aux pouvoirs publics sur les segments de la chaîne de valeur qu’il serait le plus opportun de rendre éligibles à des mesures incitatives.