La DREAL Limousin choisit Nomadéis pour une étude sur les matériaux bio-sourcés

Nomadéis a été sélectionné par la Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DREAL) du Limousin pour la réalisation d’une étude portant sur le développement local des filières de matériaux et produits biosourcés utilisés pour la construction.

La région Limousin présente en effet des spécificités favorables à l’émergence et au développement de ces filières.

Cependant, malgré un certain nombre de projets et initiatives régionales (dans le cadre du pôle éco-construction par exemple), ces filières demeurent aujourd’hui peu structurées.

Face à ce constat, le groupe de travail « bâtiment » du Schéma Régional Climat Air Energie (SRCAE), engagé par la région dès 2005, a sélectionné une sous-orientation qui vise à « adopter des modes de construction énergétiquement sobres, pour le bâtiment existant et le neuf, tout en privilégiant les ressources locales et les matériaux biosourcés ».

Dans le prolongement des premières études réalisées par différents acteurs locaux, la mission confiée à Nomadéis par la DREAL pour une période de 3 mois (octobre 2012 à janvier 2013) vise notamment à :

  • agréger l’ensemble des données disponibles (pour parvenir à un état des lieux actualisé et à une analyse synthétique des besoins, contraintes, opportunités et leviers d’actions mobilisables) ;
  • En déduire une vision concertée des axes de développement prioritaires ;
  • Bâtir un plan d’action opérationnel visant à structurer et développer les filières sur l’ensemble de leur chaine de valeur, en s’appuyant le cas échéant sur les synergies avec d’autres régions françaises.

Cette étude s’inscrit en cohérence avec l’étude déjà menée par Nomadéis au niveau national pour le compte du Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie (MEDDE), actuellement en cours de finalisation.

En France, les objectifs fixés par le Grenelle de l’Environnement dans le secteur de la construction contribuent à créer un contexte favorable pour que le pays devienne un leader industriel européen de la « bio-construction ». Les filières des matériaux et produits biosourcés ont ainsi été identifiées par le Commissariat Général au Développement Durable (CGDD) comme faisant partie des 18 « filières vertes ».  Elles sont pourtant à l’heure actuelle relativement peu industrialisées, et présentent selon les territoires des degrés de structuration variés.

Au niveau national, un groupe de travail a été constitué en mai 2010, regroupant des représentants du Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie (MEDDE) et des professionnels du bâtiment, pour comprendre les freins au développement de ces nouveaux matériaux pour la construction.

L’appropriation des enjeux par les acteurs locaux constitue un facteur clé de succès pour le développement des filières à l’échelle des territoires.