Filière forêt-bois : le Conseil Général de Seine-et-Marne confie une mission à Nomadéis…

Avec une surface de forêt estimée à environ 270 000 hectares, l’Île-de-France est la 19ème région forestière de France métropolitaine. La forêt recouvre ainsi un peu moins du quart du territoire francilien, un taux de boisement qui la situe légèrement en-dessous de la moyenne nationale (26%).

La Seine-et-Marne héberge près de 50 % des massifs forestiers franciliens, alors que les départements de Paris et de la petite couronne présentent un faible taux de boisement.

Les rôles joués par cet écosystème forestier sont multiples, à la croisée de nombreux enjeux du développement durable :

  • Identité et attractivité du territoire ;
  • Amélioration du cadre de vie pour les habitants ;
  • Activités sportives et de loisir ;
  • Potentiel économique important et gisement d’emplois à valoriser.

Si les forêts du département représentent un capital de bois sur pied important (environ 24 millions de m3, selon Agreste 2008), les volumes de bois actuellement prélevés demeurent limités (20% de l’accroissement annuel prélevé en Seine-et-Marne en 2012), en raison notamment de problèmes de mobilisation des bois (enclavement de parcelles boisées dans le tissu urbain, morcellement de certains massifs forestiers, hétérogénéité de la qualité de certains bois).

Le contexte politique et règlementaire actuel offre des perspectives de développement positives pour la filière, tant pour une valorisation dans la construction que pour un usage énergétique :

  • La volonté du département de la Seine-et-Marne de se positionner comme « territoire leader de l’éco-construction » constitue un signal fort de développement pour la filière, qui bénéficie également de la présence du pôle de compétitivité Advancity « Villes et mobilité durable » et, prochainement, de celle de l’Institut technologique de la filière bois (FCBA).
  • Le développement de l’usage du bois énergie est aujourd’hui en plein essor, fruit d’une volonté affirmée de réduire les émissions de gaz à effet de serre et d’inclure des énergies renouvelables dans le mix énergétique francilien à hauteur de 11% (SRCAE – Schéma Régional du Climat, de l’Air et de l’Energie d’Île-de-France), 

Afin de répondre aux enjeux d’avenir de la filière, plusieurs initiatives émanant principalement de l’Etat, des collectivités territoriales franciliennes et de l’interprofession Francîlbois se sont structurées.

Le dispositif PASS’Filières (Programme d’Action en faveur de la Structuration et du Soutien aux Filières), récemment initié par la Région Île-de-France, prévoit ainsi la réalisation d’un diagnostic de la filière forêt-bois francilienne, et l’animation de la filière par la mise en œuvre d’un plan d’action partagé, porté par Francîlbois.

Ce plan d’action, présenté le 10 avril 2014 par le Comité élargi de la filière forêt-bois en Île-de-France, comprend des actions dans les domaines économique, social et environnemental, ainsi qu’une animation spécifique destinée à maintenir une dynamique de filière.

Dans ce contexte, la mission confiée à Nomadéis (et à son partenaire la Société Forestière de la Caisse des Dépôts et Consignations) par le Conseil Général de Seine-et-Marne constitue un complément à visée opérationnelle de l’étude stratégique menée à l’échelle régionale. Elle vise une déclinaison seine-et-marnaise du diagnostic de filière et du programme d’action, permettant de préciser les potentialités du territoire ainsi que les modalités concrètes d’implication des acteurs locaux.

Cette mission, qui se déroulera sur une période de 5 mois, consistera à :

  • Identifier et cartographier les acteurs locaux de la filière locale, recueillir leurs attentes et propositions ;
  • Adapter le plan d’action régional au contexte seine-et-marnais, et préciser le rôle et le niveau d’implication des acteurs départementaux dans la dynamisation de la filière bois régionale.