Matériaux biosourcés : Nomadéis lance une enquête pionnière auprès de 2700 entreprises artisanales du bâtiment dans 9 régions…

Nomadéis lance la première phase (2014) d’une enquête inter-régionale pionnière. Objectif : mieux comprendre les perceptions et attentes des entreprises artisanales du bâtiment concernant les filières de matériaux de construction bio-sourcés.

Cette enquête, soutenue à l’échelle nationale par l’ADEME et le Ministère de l’écologie, portera en 2014-2015 sur un panel de 2700 entreprises localisées dans 9 régions pilotes :

Les objectifs recherchés sont multiples, en particulier :

  • Recueillir des données de référence, non disponibles à ce jour, sur les perceptions et attentes des entreprises artisanales du bâtiment, qui sont des acteurs essentiels de la transition énergétique ;
  • Mobiliser les écosystèmes d’acteurs régionaux, dans toute leur diversité, pour créer des environnements favorables au développement des nouvelles filières stratégiques de l’économie verte ;
  • Calibrer au mieux les outils et dispositifs (existants et futurs) au service du développement économique et de l’emploi dans les territoires, en lien notamment avec la formation et l’appui technique.

Nomadéis envisage d’ores et déjà de mener une seconde phase d’enquête début 2015, auprès d’un nouveau groupe de régions pilotes dont certaines ont déjà exprimé leur souhait de prendre part à la démarche pour bénéficier de la dynamique engagée et de ses retombées.

Comme le rappelle la Direction de l’habitat, de l’urbanisme et des paysages (DHUP) du ministère de l’Ecologie, les défis environnementaux auxquels nous devons répondre aujourd’hui s’accompagnent d’un changement profond de notre économie.

Cela nécessite que les filières se réinventent dans un contexte de sobriété énergétique, d’optimisation des matières premières et de réduction des émissions de polluants. Le secteur de la construction, au cœur des enjeux de développement durable, n’échappe pas à ces contraintes et vit actuellement une révolution culturelle majeure.

Face à ces défis, les matériaux de construction biosourcés (isolants à base de fibres végétales, granulats pour béton, bottes de paille, composites plastiques à fibres végétales, etc.) bénéficient d’aouts environnementaux déterminants (stockage de carbone, matières premières renouvelables,  faibles besoins en énergie grise par exemple) et d’un réel potentiel de développement économique et d’innovation.

Ils ont à ce titre été identifiés en 2010 par le Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie (MEDDE) comme l’une des 19 filières stratégiques de l’économie verte.