Transition alimentaire : Nomadéis va appuyer Goussainville pour préparer un projet en vue de la future extension du marché de Rungis…

Objectif : en réponse à l’appel à idées lancé par la SEMMARIS (autorité organisatrice du marché de Rungis), définir un projet collectif permettant au territoire de Goussainville de proposer un positionnement innovant et ambitieux dans le cadre du projet Agoralim, avec de fortes retombées attendues en matière de développement de l’emploi et des compétences…


Contexte

Le Marché international de Rungis, plus grand marché agro-alimentaire au monde, est aujourd’hui saturé à près de 98 %. Pour pallier cette saturation, le Premier Ministre Jean Castex a annoncé début mai le lancement du projet AGORALIM. Ce projet multisite s’inscrit dans la continuité du fonctionnement du Marché de Rungis actuel et couvrira ainsi l’ensemble de la chaîne de valeur alimentaire, de la production agricole à la distribution, en passant par la transformation.

L’accent sera mis sur les notions de transitions alimentaire et environnementale, et ce projet répondra ainsi à trois objectifs principaux :

  • Anticiper les nouvelles attentes des consommateurs pour une meilleure alimentation et accompagner la mutation des pratiques agricoles locales ;
  • Sécuriser l’approvisionnement alimentaire en Ile-de-France face à la hausse de la demande de produits frais de qualité ;
  • Répondre au défi environnemental de la logistique, par une meilleure répartition des flux de distribution entre le nord et le sud de l’Ile-de-France.

La mise en service de l’extension prévue au nord de Paris à horizon 2026 devrait permettre la création de 3 000 à 5 000 emplois locaux avec l’ambition de rayonner au niveau national et européen. 

Prévoyant un investissement significatif, la SEMMARIS souhaite encourager à cette occasion le développement de réels projets de territoires, à travers son appel à idées articulé autour de cinq thématiques : 

  • Agriculture et alimentation ;
  • Logistique de proximité et durable ;
  • Emploi et formation ;
  • « Bien manger » ;
  • Sites d’implantation.

Dans ce contexte, Goussainville souhaite se positionner stratégiquement en répondant à l’appel à idées de la SEMMARIS. La ville entend ainsi démontrer sa volonté de mobiliser les parties prenantes locales pour créer une réelle dynamique d’innovation urbaine et territoriale, inclusive et collective.


Approche méthodologique

Nomadéis s’attachera à structurer la mobilisation et la participation des acteurs du terrain (professionnels, associations, entreprises, particuliers…), selon une démarche d’intelligence collective.

Il s’agit ainsi de valoriser au mieux leur connaissance fine des besoins et enjeux territoriaux, dans l’esprit d’une démarche inclusive. En particulier, les évolutions des habitudes et des besoins de consommation, ainsi que les évolutions des préoccupations environnementales, seront placées au coeur des réflexions.

Nomadéis mobilisera notamment ses compétences reconnues en matière de conception et animation de dispositifs et processus de dialogue avec les parties prenantes, mais aussi de concertation et de facilitation stratégique. Avec pour objectif d’identifier le rôle et la contribution possible de tous les partenaires potentiels, afin que le plus grand nombre d’acteurs du territoire puissent trouver leur place dans cette dynamique collective. 

Nomadéis mobilisera également ses compétences reconnues en matière de réalisation d’états des lieux et de diagnostics territoriaux en lien avec les thématiques concernées (recherches documentaires, consultations, ateliers, etc.). 

 

Pour en savoir plus : le projet Agoralim

Plusieurs enjeux clés de la transition alimentaire sont au coeur de la démarche : 

Premièrement, l’intérêt croissant des consommateurs pour l’ancrage local et l’authenticité des produits, mais aussi la simplicité des modes de transformation, la qualité et la traçabilité des aliments, etc. Avec plusieurs impacts à anticiper notamment pour la filière agricole et des mutations à accompagner (développement de l’agroécologie et des circuits-courts, par exemple). 

Deuxièmement, la croissance démographique francilienne va s’accompagner d’une hausse de la demande de produits alimentaires frais, avec par conséquent le besoin de développer des capacités de distribution complémentaires à celles existantes avec le marché actuel de Rungis, pour assurer la résilience de l’approvisionnement alimentaire local. 

Enfin, l’empreinte carbone des flux d’approvisionnement constitue un troisième défi majeur à prendre en compte, pour optimiser l’empreinte environnementale des produits distribués. Avec des innovations à explorer dans le domaine de la logistique durable.