Innovation : L’Urban Lab, laboratoire d’expérimentation urbaine de Paris&Co, confie une nouvelle mission d’évaluation à Nomadéis…

Pendant 12 mois, Nomadéis (en partenariat avec Mazars et Octopus Lab) accompagnera l’Urban Lab (Paris&Co), la Ville de Paris, l’ADEME Ile-de-France, la Caisse des Dépôts et Consignations et Airparif pour mener à bien l’évaluation d’un programme d’expérimentations portant sur l’amélioration de la qualité de l’air. En 2016-2017, Nomadéis avait déjà accompagné l’urban Lab pour une mission d’évaluation portant sur l’adaptation au changement au climatique


Contexte

La qualité de l’air constitue un enjeu de santé publique majeur : la pollution atmosphérique serait la cause de 48 000 décès prématurés par an en France d’après une étude réalisée par Santé Publique France en 2016, tandis que l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) a estimé à 19 Mds € le coût socio-économique annuel de la pollution de l’air intérieur en 2014.

En Île-de-France et à Paris, si la qualité de l’air s’améliore, elle reste néanmoins insatisfaisante : les niveaux de pollution observés dépassant les recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé, les Franciliens placent désormais la pollution atmosphérique au premier rang de leurs préoccupations environnementales. Face à ces attentes, la Ville de Paris a fait de l’amélioration de la qualité de l’air l’un des principaux enjeux de la mandature en cours. Cette problématique fait notamment l’objet des documents suivants :

  • Plan Paris Santé Environnement (2016) ;
  • Plan Qualité de l’air (2016) ;
  • Stratégie d’adaptation de la Ville de Paris (2016) ;
  • Stratégie de résilience de la Ville de Paris (2017) ;
  • Plan Climat Air Energie Territorial de la Ville de Paris (2018).

Au-delà de l’enjeu de santé publique, l’amélioration de la qualité de l’air représente également une opportunité économique pour les filières industrielles franciliennes et françaises. La quasi-totalité des métropoles mondiales étant confrontées à cette problématique, les réponses innovantes susceptibles d’être poussées par des entrepreneurs franciliens et français présentent notamment un important potentiel de reproductibilité dans le monde.

Afin d’anticiper et de relever les défis liés à l’amélioration de la qualité de l’air, intérieur comme extérieur, l’Urban Lab de Paris&Co et la Ville de Paris, en partenariat avec l’ADEME Ile-de-France, la Caisse des Dépôts et Consignations et Airparif, ont lancé en décembre 2017 un appel à expérimentations de solutions innovantes. Suite à la tenue du jury de sélection en mars 2018, 10 lauréats ont été retenus.

Une phase d’évaluation du programme d’expérimentations a été prévue en amont du lancement de l’appel à expérimentations. Il s’agit d’un exercice qualitatif de la mesure du potentiel des prototypes testés, qui aura lieu de juillet 2018 à juin 2019, et qui les accompagnera à toutes les étapes de leur réalisation, du lancement au bilan.

 

Objectifs et approche méthodologique

La mission confiée à Nomadéis, avec l’appui de ses partenaires Mazars et Octopus Lab, consiste à :

  • Assurer le suivi des projets en tenant compte de leurs spécificités tout au long de la période d’expérimentation, et identifier les solutions innovantes les plus prometteuses 
  • Analyser quantitativement et qualitativement les impacts observés des expérimentations sélectionnées ;
  • Identifier les facteurs clés de réussite et freins au déploiement des expérimentations, dans une logique de capitalisation, afin d’accompagner les porteurs de projet dans leur autoévaluation.

Pour répondre à ces objectifs, Nomadéis et ses partenaires adopteront une approche méthodologique basée notamment sur : 

  • La définition d’une matrice de critères d’évaluation sur-mesure, autour de l’efficacité (économique, environnementale, sociale, etc.), de la faisabilité (gestion de projet, moyens financiers, humains, techniques, etc.) et de la durabilité (acceptabilité par le public, perspectives de développement, degré d’innovation, etc.) des projets sélectionnés ;
  • La collecte de données qualitatives et quantitatives, via plusieurs visites de terrain ; 
  • Une analyse évolutive des projets, afin d’adresser aux décideurs publics des recommandations relatives à la reproductibilité et au déploiement à plus grande échelle de ces solutions innovantes.

 

Pour en savoir plus : aperçu des 10 projets lauréats

  • Amélioration de la qualité de l’air extérieur :
  1. Vignette connectée pour sensibilisation des conducteurs – IFPENSensibilisation des conducteurs sur leur capacité à réduire leur empreinte polluante au travers d’une vignette connectée et de l’application GecoAir (calcul des émissions polluantes par type de véhicule), créant un lien entre conduite et qualité de l’air.
  2. Un air sain dans une ville verte – MVAWSolution de dépollution de l’air par biofiltration végétale à travers l’action de substrat, des végétaux et des microorganismes.
  3. AntiSmog – Net SASSolution de réduction des émissions polluantes à la source des véhicules, vial’optimisation de la combustion du carburant. 
  4. Stations de mesure multi-physiques – SimEnginerringEvaluation en conditions réelles de stations de mesure multi-physiques : station air/bruit/circulation et station bruit/poussière, notamment à destination des chantiers.
  5. Réseau de microcapteurs – Clarity & CiteosSystème de surveillance de la qualité de l’air, basée sur des capteurs low-cost, installés sur les mâts d’éclairage public couplé à un portail cloud.
  • Amélioration de la qualité de l’air intérieur :
  1. Air4Kids – VentilairSecSystème de ventilation innovant filtrant les polluants extérieurs entrants et ventilant les locaux pour maitriser le renouvellement d’air et chasser l’air vicié, à destination des Etablissements d’Accueil du Jeune Enfant.
  2. UMPAI – AirLiquideTechnologie de filtration par adsorption des COVs et du formaldéhyde, dérivée d’un procédé industriel d’AirLiquide sur la purification de l’air.
  3. Smart QAI – NanoSenseTest d’algorithmes de contrôle automatique et de régulation du triptyque ventilation, chauffage, climatisation selon des objectifs de productivité basés sur la qualité de l’air intérieur.
  4. Moanho – Blue Industry and ScienceSolution de mesure de concentrations d’anesthésiants dans l’air ambiant des salles d’opération, viaun spectromètre largement accordable (équivalent de 400 lasers).
  5. 10. Monitoring QAI – Zaack :Etude de l’impact du monitoring précis et continu de la pollution de l’air intérieur en crèches.