Economie circulaire et bâtiment : Nomadéis présente les conclusions de l’enquête BATIFLUX 3 en région Provence-Alpes-Côte d’Azur…

Comment transformer nos bâtiments en réserves de matériaux ? Le projet BATIFLUX 3 vise à analyser les perceptions, pratiques et attentes des acteurs professionnels en matière de réemploi, de réutilisation et d’éco-conception. Objectif : identifier des leviers de développement des meilleures pratiques…


Contexte

Le secteur du BTP est le premier émetteur de déchets en région Provence-Alpes-Côte d’Azur (environ 72% des déchets produits), avec une production annuelle estimée en 2016 à environ 15,7 millions de tonnes.

Face aux enjeux de raréfaction des ressources et de saturation des exutoires, et afin de répondre aux impératifs réglementaires de réduction, valorisation et réemploi des déchets du bâtiment, la meilleure connaissance des pratiques des acteurs du bâtiment ainsi que l’identification de leviers d’action apparaissent essentielles. 

 

Présentation du projet

Le projet BATIFLUX 3 vise à analyser les perceptions, pratiques et attentes de la Maîtrise d’ouvrage (MOa) et des architectes (MOe) en région Provence-Alpes-Côte d’Azur en matière de réemploi, de réutilisation et d’éco-conception, et à identifier des leviers de développement des meilleures pratiques. 

Il bénéficie du soutien financier et technique du Conseil Régional et de l’ADEME Provence-Alpes-Côte d’Azur, au travers de l’appel à projet FILIDECHET 2018. BATIFLUX 3 est le troisième volet d’une démarche globale et pluriannuelle sur l’économie circulaire et le bâtiment, lancée par Nomadéis en 2014 (cf ci-après).

Pour ce troisième volet, deux profils d’acteurs stratégiques, en amont de la chaîne de valeur du bâtiment, ont été consultés (maîtrise d’ouvrage et maîtrise d’oeuvre) et trois thématiques centrales de l’économie circulaire ont été étudiées : 

  • L’éco-conception, qui se réfère à la mise en pratique de principes permettant de réduire et de valoriser les déchets à tous les stades de vie du bâtiment, et d’envisager un bâtiment capable de fonctionner à terme comme une « réserve de matériaux » pour les chantiers de constructions futurs ; 
  • Le réemploi, qui se réfère à toute opération par laquelle des produits ou des composants qui ne sont pas des déchets sont réutilisés pour un usage identique à celui pour lequel ils avaient été conçus ;
  • La réutilisation, qui se réfère à toute opération par laquelle des substances, matières ou produits qui sont devenus des déchets sont utilisés de nouveau, pour un usage identique ou non.

Le projet a été structuré de la manière suivante :

  1. Conduite d’une consultation (qualitative) auprès d’un panel de maitres d’ouvrage et d’experts régionaux ;
  2. Conduite d’une enquête quantitative auprès de 290 architectes (maîtres d’oeuvre) ;
  3. Analyse des pratiques et des perceptions de ces acteurs vis-à-vis du réemploi et de l’éco-conception, et analyse des freins à ces pratiques en région Provence-Alpes-Côte d’Azur ;
  4. Analyse croisée des résultats, afin de faire émerger des leviers de développement de l’économie circulaire du bâtiment en Provence-Alpes-Côte d’Azur, et d’identifier des actions inspirantes sur le territoire régional et en dehors.
  5. Production de supports de sensibilisation à destination des parties prenantes clés. 

 

Synopsis des 5 livrables

Les 5 principaux livrables suivants ont été produits dans le cadre du projet :

  • Un rapport de synthèse présentant la méthodologie et les résultats bruts de l’enquête auprès des architectes ;
  • Un livret de sensibilisation présentant les enjeux du secteur, les résultats de la consultation et de l’enquête et des exemples de bonnes pratiques, en région Provence-Alpes-Côte d’Azur et à l’international ;
  • Une vidéo d’animation présentant la démarche et les principaux résultats clés ;
  • Une exposition composée de 11 panneaux ;
  • Une infographie de synthèse.

 

Pour aller plus loin

La démarche BATIFLUX, engagée par Nomadéis en 2014, a les ambitions suivantes :

  • Mieux appréhender les pratiques et les perceptions des parties prenantes du bâtiment vis-à-vis des pratiques de construction durable, en particulier le recours à des matériaux issus de bioressources, à l’écoconception et à la réduction et valorisation de déchets ;
  • Affiner le ciblage et le contenu des dispositifs de soutien à la structuration des filières locales de l’économie circulaire et des matériaux biosourcés ;
  • Proposer des leviers d’actions et sensibiliser les parties prenantes à l’importance des enjeux. 

 Deux volets de la démarche BATIFLUX ont déjà été accomplis :

  • Le premier volet, intitulé « Constructions Biosourcées », portait sur la mise en œuvre des matériaux biosourcés par les artisans et les entreprises du bâtiment. Ce volet a pris la forme d’une enquête inter-régionale menée en 2014 -2015 auprès d’un panel de 2 700 entreprises artisanales du bâtiment localisées dans 9 régions pilotes ;
  • Le second volet, intitulé (Re)3SOURCES pour la construction », s’intéressait aux pratiques de tri et de valorisation des déchets de chantier, des chutes de pose et des produits de dépose ainsi qu’à l’achat et l’utilisation de matériaux recyclés par les artisans et entreprises du bâtiment. Ce projet a été mené auprès d’un panel de 600 artisans du bâtiment en région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Nomadéis entend poursuivre à l’avenir son engagement en faveur de l’intégration des démarches d’éco-conception, des matériaux issus du réemploi et de bioressources par le secteur du BTP, et en faveur de la sensibilisation des parties prenantes aux enjeux et intérêts de l’économie circulaire du bâtiment. 

Cet engagement pourrait notamment se traduire par l’extension de BATIFLUX 3 à d’autre régions françaises, afin de croiser les enseignements issus des différents territoires et de sensibiliser, de la manière la plus pertinente possibles, les professionnels du bâtiment selon leurs pratiques et situations respectives.