Colloque national « Le bâtiment, moteur de solidarité, d’économie et d’innovation » : Nomadéis anime deux tables rondes…

Tours a accueilli les 18 et 19 mars l’édition 2015 du colloque « Bâtiment », organisé tous les 2 ans par le Ministère du développement durable au Centre de congrès Vinci (édifice remarquable conçu en 1994 par Jean Nouvel, avec le paysagiste Yves Brunier).

Cette édition a réuni près de 1 000 participants venus de toute la France, représentant notamment :

  • des DREAL (Directions régionales de l’environnement, de l’aménagement et du logement) ;
  • des DDT (Directions départementales des territoires) ;
  • du CEREMA (Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement, établissement public à caractère administratif placé sous la tutelle conjointe des ministres chargés du développement durable, de l’urbanisme et des transports).

Le thème 2015, « Le bâtiment, moteur de solidarité, d’économie et d’innovation », a permis d’aborder de nombreuses thématiques, parmi lesquelles :

  • Le développement des filières de l’économie verte ;
  • La performance environnementale des bâtiments ;
  • Les enjeux liés à la rénovation énergétique ;
  • La gestion du patrimoine immobilier de l’Etat ;
  • Les « agendas d’accessibilité » des bâtiments ;
  • L’essor du bâtiment numérique, etc.

En plus des sessions plénières, le programme prévoyait plusieurs ateliers ainsi qu’un espace d’exposition pour encourager au maximum les interactions et la mise en réseau des participants.

Dans le cadre d’une mission de conseil et d’accompagnement des DREAL commandée par le Ministère de l’écologie, Nomadéis a co-animé avec la DHUP (Direction de l’Habitat, de l’Urbanisme et des Paysages) un atelier d’une durée de 4 heures, comprenant deux tables rondes :

  • Table ronde N°1 : Quel(s) rôle(s) et quel(s) positionnement(s) des DREAL pour développer l’usage des matériaux biosourcés dans le bâtiment ?
  • Table ronde N°2 : Focus sur le système d’acteurs en Région Centre : quelles interactions et quelles complémentarités ?

Objectif : partager les expériences et les bonnes pratiques, pour accélérer la mise en application de la Circulaire du 31 décembre 2012 relative à la territorialisation de la démarche filière verte dans le champ de la qualité de la construction.

Pour en savoir plus

Les matériaux de construction biosourcés peuvent apporter des réponses concrètes aux attentes d’un secteur particulièrement consommateur d’énergie et de matières premières, tout en permettant le développement de filières économiques locales à fort potentiel de croissance.

Ces matériaux ont à ce titre été identifiés en 2010 parmi les 18 filières d’avenir porteuses de croissance et d’emplois par le Ministère du développement durable. 

Plus récemment, le projet de loi relatif à la transition énergétique pour la croissance verte précise que « l’utilisation des matériaux biosourcés concourt significativement au stockage de carbone atmosphérique et à la préservation des ressources naturelles. Elle est encouragée par les pouvoirs publics lors de la rénovation des bâtiments, notamment pour la rénovation des bâtiments datant d’avant 1948 pour lesquels ces matériaux constituent une solution adaptée. »

Le Ministère du développement durable travaille depuis 2009 aux côtés des organisations professionnelles et d’organismes scientifiques et techniques pour lever les obstacles pouvant limiter l’usage des matériaux biosourcés (dont le bois) dans la construction.

Au-delà des démarches structurantes portées à l’échelle nationale, il apparait essentiel de relayer cette dynamique à une échelle plus locale, pertinente avec la logique de fonctionnement en circuits courts des filières de matériaux biosourcés.

Les services de l’Etat en territoire, et en particulier les Directions régionales de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DREAL), se sont progressivement emparés de la démarche « filières vertes » en proposant des plans d’action régionaux, et en accompagnant des projets économiques locaux.