Anticiper l’avenir du secteur de la gestion des espaces paysagers en Ile-de-France

L’UNEP (Union Nationale des Entrepreneurs du Paysage) Ile-de-France, la DIRECCTE Ile-de-France et la DRIAAF Ile-de-France ont confié à Nomadéis un contrat d’étude prospective sur le secteur de la gestion des espaces paysagers et naturels en Ile-de-France.

 

Le contrat d’étude prospective, un dispositif de diagnostic orienté vers l’action

Un contrat d’étude prospective (CEP) est défini par un contrat passé entre l’Etat et une organisation professionnelle représentative dans un secteur d’activité ou sur un territoire.

Il vise à établir un diagnostic économique et social, des scénarios d’évolution à court et moyen terme et des préconisations d’actions pour accompagner les évolutions de l’emploi et des compétences du secteur étudié.  Les résultats d’un CEP peuvent ensuite donner lieu à des actions soutenues par l’Etat.

Le contrat d’étude prospective conduit par Nomadéis entre juillet 2011 et mars 2012 concerne le secteur de la gestion des espaces paysagers et naturels en Ile-de-France. Il est porté conjointement par l’UNEP Ile-de-France et la DIRECCTE Ile-de-France (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi), en lien avec la DRIAAF Île-de-France (Direction régionale et interdépartementale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt) et TEE Île-de-France (pôle Territoires Environnement Emplois). 

 

La gestion des espaces paysagers, un secteur dynamique en pleine mutation

L’Ile-de-France compte plus de 2 000 entreprises du paysage employant 13 500 actifs. Ces entreprises créent et entretiennent des jardins privés et des espaces verts publics, et pratiquent des activités aussi diverses que l’élagage, le reboisement, l’installation de murs et toitures végétalisées… Le secteur de l’aménagement paysager emploie également quelques 9 000 agents dans les collectivités, intervenant sur les espaces verts et espaces naturels dont elles ont la charge.

Mal connus du grand public, les métiers du paysage demandent des compétences pointues en matière de connaissance des végétaux et des milieux et pour la manipulation de matériel adapté.

Les préoccupations liées à la préservation de l’environnement entraînent aujourd’hui une modification en profondeur des pratiques d’entretien (réduction de l’usage des produits phytopharmaceutiques, gestion différenciée des espaces…) et des choix d’aménagement (emploi d’essences locales, intégration du végétal en milieu urbanisé…) des espaces paysagers.

Collectivités, entreprises du paysage et organismes de formation doivent ainsi innover pour développer des pratiques plus écologiques tout en prenant en compte des contraintes économiques et organisationnelles.

L’étude prospective menée par Nomadéis vise particulièrement à définir les nouvelles pratiques et les nouveaux marchés en lien avec les services écosystémiques des espaces paysagers : participation au cycle de l’eau, préservation de la biodiversité, phytoépuration…

 

Un cahier des charges en deux phases

  • Phase 1 : Etat des lieux du secteur (emplois, métiers, compétences…) ;
  • Phase 2 : Analyse prospective : identification des grandes tendances d’évolution du secteur et formulation de recommandations.

Une démarche associant l’ensemble des acteurs de la filière

  • Entreprises du paysage ;
  • Etablissements de formation ;
  • Collectivités publiques (donneurs d’ordres) ;
  • Associations d’insertion par l’activité économique ;
  • Acteurs de la recherche et pôles de compétitivité ;
  • Etat et services déconcentrés, etc.

Outils méthodologiques et moyens mobilisés par Nomadéis

  • Conduite de 50 entretiens qualitatifs (individuels et en groupes restreints) ;
  • Administration d’une enquête quantitative visant 900 entreprises ;
  • Animation d’un atelier prospectif (4 heures, 20 participants) ;
  • Rédaction de deux rapports de synthèse et d’un cahier de recommandations ;
  • Conception de supports de communication ciblés (plaquette) ;
  • Organisation de deux évènements de restitution (plus de 50 participants).

Les résultats de l’étude ont fait l’objet d’une restitution publique le jeudi 8 mars 2012 au siège de la DIRECCTE Ile-de-France.

Voir la plaquette de synthèse de l’étude (pdf, 5.83Mb)